Couverture du journal du 14/01/2022 Consulter le journal

[ Bordeaux – Libourne ] La justice à bout de souffle

Ils se sont unis le 15 décembre pour dénoncer « les conditions indignes dans lesquelles ils exercent leurs missions ».

droit justice avocat greffier divorce

© Shutterstock

L’ensemble des professionnels de la justice : magistrats, greffiers, avocats, agents contractuels et administratifs des tribunaux se sont joints au mouvement national. Ils protestaient ainsi contre une justice chronométrée à la fois trop lente, et parfois sans effets réels par manque de notification et de réel suivi des jugements.

Ce mouvement intervient à la suite d’une Tribune signée le 24 novembre dernier par 5 200 magistrats, 1 200 greffiers, et 500 magistrats en formation, et d’une pétition signée par plus de 3 000 avocats. Les principales revendications sont le recrutement de magistrats et de greffiers, une justice humanisée sans course à la rentabilité, ainsi que la suspension des modifications incessantes des règles de procédures. Mercredi 15 décembre, Isabelle Gorce, Première Présidente de la Cour d’Appel, Éric Ruelle, Président du Tribunal Judiciaire de Bordeaux et Christophe Bayle, Bâtonnier se sont associés au mouvement qui s’était donné rendez-vous à 12 h devant le Tribunal Judiciaire de Bordeaux.

De leur côté, magistrats et fonctionnaires de Libourne ont adopté une motion déplorant le manque de moyens de la justice et l’accumulation de réformes successives, se donnant rendez-vous le 15 décembre à 13 h 30 devant le Tribunal Judiciaire.