Couverture du journal du 12/04/2024 Le nouveau magazine

JouéClub à la rescousse de La Grande Récré

C’est officiel : le tribunal de commerce de Paris a désigné, le 9 juin dernier, la société coopérative JouéClub pour reprendre 137 magasins de l’enseigne La Grande Récré. 50 millions d’euros d’investissement seront nécessaires pour redynamiser la marque et ainsi asseoir la position de JouéClub comme leader français du marché du jouet.

Jacques BAUDOZ, JouéClub, La Grande Récré

© D. R.

Le suspens était relatif après l’audience du 22 mai dernier. Le tribunal de commerce de Paris a annoncé, vendredi 9 juin, avoir choisi le bordelais JouéClub pour reprendre la quasi-totalité des magasins et salariés de La Grande Récré. L’enseigne, qui regroupait 149 magasins et environ 750 salariés, appartenait à Hermione People & Brands, la filiale dédiée au retail de la Financière Immobilière Bordelaise, détenue par l’homme d’affaires Michel Ohayon, actuellement dans la tourmente. Alors que la coopérative JouéClub organisait le traditionnel salon des fournisseurs pour ses adhérents, les 10 et 12 juin, au parc des expositions de Bordeaux, son PDG, Jacques Baudoz, est revenu sur ce rachat. L’occasion pour le groupe – qui a réalisé un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros en 2022 – d’afficher ses ambitions.

430 MAGASINS POUR LE GROUPE

RécréaClub, la société d’exploitation de La Grande Récré, rejoint donc la coopérative JouéClub. Avec ces deux enseignes, que le groupe entend conserver bien distinctes, JouéClub regroupera 430 magasins, avec 137 magasins La Grande Récré, dont 17 à l’international. Avec son modèle hybride, la chaîne de magasins qui vient d’être reprise est constituée à 70 % de magasins intégrés et 30 % de franchisés. « Cela fait de la coopérative le leader du marché français », confirme Jacques Baudoz. Le siège social de La Grande Récré restera à Marne-la-Vallée. Francis Céron et Laure Ragnès sont nommés directeurs généraux. Le conseil de surveillance, composé de quatre membres, sera présidé par Evelyne Nicolini-Luro, directrice générale de JouéClub.

RELANCER LA FRÉQUENTATION

Dans la deuxième phase de son plan de reprise, JouéClub compte investir 50 millions d’euros pour relancer la marque, principalement pour l’approvisionnement des magasins La Grande Récré afin de proposer une offre variée pour les fêtes de fin d’année et ainsi relancer la fréquentation des magasins. « Maintenant, qu’on a les clés du camion, c’est une course contre la montre qui nous attend », explique le PDG du groupe qui demeure confiant.

« L’INTELLIGENCE COLLECTIVE »

Et d’annoncer d’ores et déjà une 3e phase pour le début de l’année 2024 : l’opportunité pour une partie des 219 commerçants adhérents à la coopérative JouéClub de reprendre des magasins La Grande Récré. Une commission d’arbitrage veillera à la cohérence de ces potentielles cessions. Quant au risque de concurrence entre les deux enseignes de la coopérative ? Franck Mathais, porte-parole national du groupe, est clair : « Bien sûr qu’il y en a une, mais elle existait déjà ». Selon lui, faire partie du même groupe permettrait au contraire de renforcer la position de chacun et de créer des synergies, ce que les directeurs généraux appellent « l’intelligence collective ».

Jacques Baudoz, PDG de JouéClub © D. R.

Les deux enseignes se veulent complémentaires avec un positionnement spécifique pour chacune : une marque implantée en périphérie, orientée famille, pour JouéClub, et une marque urbaine orientée enfants pour La Grande Récré.

La Grande Récré, connue alors sous le nom « La Récré », faisait déjà partie de la coopérative JouéClub en 1986. C’est en 1994 qu’ils ont décidé de voler de leurs propres ailes. Une reprise comme un retour aux sources !

OBJECTIF RSE

La coopérative JouéClub annonce également une mise en avant des objectifs RSE pour les prochaines années. Ainsi, Jacques Baudoz souhaite arriver à 50 % d’approvisionnement uniquement en Europe, pour leur marque exclusive, d’ici à 2026. Ils en sont déjà à plus de 25 %. Il met aussi en avant l’économie circulaire, avec le Troc’joué. Après deux expérimentations, la possibilité de rapporter ses jouets de seconde main est disponible dans une centaine de magasins depuis la mi-mars. Et le groupe se donne pour objectif que 70 % de ses magasins proposent cette option d’ici la fin de l’année, et 100 % fin 2024. Un projet qui n’est pas encore à l’ordre du jour pour la marque La Grande Récré.