Couverture du journal du 13/05/2022 Consulter le journal

« L’Écrin du vin », dentelle de Bordeaux

L’Écrin du Vin, créé à Carbon-Blanc par Éric Micouleau, personnalise des coffrets en bois découpés en façade et décorés, qui ont la particularité de pouvoir se transformer en lampe d’ambiance. Esthétiques et chics, ils ont déjà séduit plusieurs grandes maisons.

Éric Micouleau, L’Écrin du Vin

Éric Micouleau, L’Écrin du Vin © DR

Le raisin, le vin et l’humeur des Gascons sont d’excellents antidotes contre la mélancolie », écrivait Montesquieu dans sa Correspondance. Mais également une intarissable source d’inspiration pour les entrepreneurs du territoire.

Et tout d’abord Éric Micouleau, originaire de la rive droite de Bordeaux, fondateur et dirigeant de L’Écrin du Vin, société de création de coffrets personnalisés pour les vins et spiritueux installée à Carbon-Blanc. Cet ancien ingénieur en électronique hyperfréquence et en qualité sécurité environnement a créé son atelier de gravure et découpe laser, 7M Design, en 2009, avec un tel succès qu’il quitte le salariat en 2015 pour se consacrer à plein temps à cette activité.

PRINCIPE DE CONVERSION DES CAISSES EN LAMPES PROTÉGÉ DANS 34 PAYS

« Je fabriquais des objets sur-mesure et personnalisés dédiés à l’événementiel, pour les particuliers (mariages, naissances…) et les professionnels (trophées, cadeaux d’entreprise…), et j’ai commencé à personnaliser des coffrets en bois découpés en façade et décorés, qui ont la particularité de pouvoir se transformer en lampe d’ambiance », explique-t-il. Il lui a fallu plusieurs années pour mettre au point ses techniques de gravure et de découpe, ainsi que ce principe de conversion des caisses en lampe, qu’il a protégés dans pas moins de 34 pays.

« C’est notamment le cas de notre nouveau motif : une imitation de peau de serpent que nous sommes capables de graver sur toute la surface de la caisse et qui a plu à des maisons de champagne », détaille Éric Micouleau.

L’ÉCRIN DES ARTISTES

Récompensé de nombreux prix, L’Écrin du Vin propose différents modèles de base de façades découpées interchangeables pour ses caisses de 1 à 3 bouteilles portant des noms de caractère : L’Audacieux, L’Intuitif, Le Naturel, Le Dynamique, Le Diabolique, Le Romantique, Le Survolté, Le Séducteur… « Les clients peuvent également imaginer leur propre façade, en créant une maquette de la découpe et de la gravure », indique Éric Micouleau, qui revendique une certaine flexibilité. « Nous faisons des caisses avec ou sans lampes, de taille standard ou sur-mesure, pour les bouteilles de parfum par exemple, et nous pouvons personnaliser des coffrets déjà existants ou fournir seulement les façades » pour les châteaux qui disposent déjà de leurs caisses, précise-t-il. Une créativité qui a inspiré plusieurs artistes, pour lesquels Éric Micouleau a imaginé la ligne « L’Écrin des Artistes » autour de différentes personnalités travaillant à Bordeaux, tels que l’artiste-peintre Jofo, la plasticienne vénézuélienne Andrea Ho Posani, le dessinateur Gilles Koné surnommé Zatié, ou encore la créatrice de papiers-collages Anne Mondy et la joaillière Clémence Pellegrin, qui sertit les façades de pierres précieuses. « On casse les codes du monde de la caisse de vin classique », résume le jeune dirigeant.

Nos coffrets sont façonnés en pin massif des Landes issu de forêts durables

Éric Micouleau, L’Écrin du Vin

L’Écrin du Vin © DR

Si Éric Micouleau n’a pas de mal à trouver ses clients, grâce « au bouche-à-oreille, qui fonctionne très bien, notamment via les clubs d’entreprises », mais aussi aux réseaux sociaux, « en particulier Linkedin et Instagram, où de nombreux châteaux et hôtels nous contactent », assure-t-il, ses produits sont également distribués dans des boutiques à Bordeaux et Paris et sur sa boutique en ligne. Il a en revanche subi de plein fouet les répercussions de la crise sanitaire, en particulier en cette fin d’année, qui est la plus chargée pour l’entreprise. « Nos coffrets sont façonnés en pin massif des Landes issu de forêts durable. Notre packaging est aussi fabriqué localement. Mais on est confronté à une vraie pénurie de bois avec des délais allongés et des prix qui ont augmenté de 30 % », regrette-t-il. Une augmentation qui sera répercutée sur les grosses commandes de fin d’année en 2022, le chiffre d’affaires de l’entreprise, en pleine croissance jusqu’en 2019, ayant été amputé par les confinements. Pour l’heure, l’Écrin du Vin lorgne vers l’international. « Nous travaillons avec le collectif Wine & Design, créé au sein du cluster Innovin, pour nous développer sur le marché russe, notamment, où nous espérons nous rendre en mars 2022 », confie Éric Micouleau. La Russie, où de grands châteaux ont déjà manifesté leur intérêt pour cette dentelle bordelaise.

Éric Micouleau, L’Écrin du Vin

L’Écrin du Vin © DR

L’ÉCRIN DU VIN

Date de création : 2016

Fondateur : Éric Micouleau

Localisation : Carbon-Blanc

Secteur : artisanat d’art

Objet : coffrets bois personnalisés par gravure et découpe laser convertibles en lampe

Prix : à partir de 39 euros (sans fil) et 49 euros (filaire)