Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

NéoBusiness : la transition par les achats durables

NOUVELLE-AQUITAINE. Le salon inversé des achats durables NéoBusiness invite les grands donneurs d’ordre à venir exposer pour se voir proposer des solutions durables par des fournisseurs locaux. Organisé par l’ADI NA, les 8 et 9 novembre au Palais de la Bourse de Bordeaux, il s’articulera entre les conférences Néotopies et des rendez-vous B2B très qualifiés.

NéoBusiness

Edition 2022 du salon NéoBusiness © Eddine Photographie

Antoine Chotard, organisateur du salon NéoBusiness © DR

L’originalité du salon des achats responsables NéoBusiness, organisé au Palais de la Bourse les 8 et 9 novembre par l’Agence de développement et d’innovation de Nouvelle-Aquitaine (ADI NA), réside dans son caractère inversé. Ce sont ainsi « les donneurs d’ordre, ETI et grands groupes du territoire régional, qui exposent pour se voir proposer, par des fournisseurs locaux, des solutions durables », explique Antoine Chotard, organisateur et animateur de NéoBusiness.

Une quarantaine d’exposants tiendront un stand pour cette 4e édition, dont SAFT, Suez, ArianeGroup, Safran Helicopter Engines, Ceva Santé Animale, Valorem, Boralex, ou encore Vinci Facilities, le groupe La Poste, Upsa, One Point… Mais aussi des acheteurs publics tels que Bordeaux Métropole, le Conseil départemental de la Gironde, Aéroport de Bordeaux ou encore l’agglomération de Niort, tous à la recherche de solutions autour de la transition énergétique, l’industrie circulaire, la réglementation ESG/CSRD, mais aussi le numérique responsable… « soit toutes les thématiques de la décarbonation », résume-t-il. « Car les entreprises sont elles aussi les actrices d’une économie régionale résolument tournée vers les objectifs de développement durable et le bas carbone ».

Une quarantaine d’exposants tiendront un stand dont SAFT, Suez, ArianeGroup…

EXTERNALITÉS POSITIVES

Né à l’initiative du Club des ETI de Nouvelle-Aquitaine et du Conseil national des achats (CNA) en Nouvelle- Aquitaine, soutenu par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et la Région Nouvelle- Aquitaine, qui le finance, NéoBusiness a été imaginé pour répondre à la nécessité de changer la fonction achats. Cette dernière étant devenue « un des enjeux du développement durable des entreprises, puisque les achats tiennent une place énorme dans leur impact carbone », analyse Antoine Chotard. Et si « les acheteurs étaient auparavant orientés sur les économies et les solutions à moindre coût, ils sont aujourd’hui devenus des acteurs de la transition au travers d’une politique d’achats durables. Et même si ces produits peuvent certes être un peu plus chers, ils doivent être analysés sous l’angle de leurs externalités positives très fortes », poursuit-il.

Le salon compte cette année des partenaires tels que 3AR, l’association régionale des achats publics responsables ; Soltena, association de mise en réseau des entreprises, territoires, acteurs de la recherche et autres clusters régionaux axés sur le développement durable ; ou encore French Tech Bordeaux, « soit des têtes de réseaux liées aux fournisseurs de solutions », note le responsable de l’offre événementielle d’ADI.

600 RENDEZ-VOUS TRÈS QUALIFIÉS

Pour cette 4e édition, NéoBusiness sera scindé en deux temps, avec une première journée consacrée aux conférences Néotopies, anticipant les nombreux sujets en lien avec les transitions qui auront un impact sur les entreprises, « menées par des intervenants qui font référence au niveau national et régional », assure Antoine Chotard. Cinq tables rondes seront ainsi pro- posées sur la transition énergétique ; l’industrie circulaire ; les achats responsables, « qui questionnent notamment la relocalisation et l’écoconception » ; ou le reporting environnemental des entreprises. Enfin, une table ronde en partenariat avec la revue We Demain sur l’innovation frugale et jugaad, en présence du spécialiste Navi Radjou, et de trois directrices des comex de Hennessy, Saint-Gobain et Lectra clôturera les Néotopies.

La seconde journée sera dédiée aux rendez-vous B2B, que les donneurs d’ordre et fournisseurs de solutions pourront prendre au préalable sur la plateforme digitale NéoBusiness, mise en place par l’ADI NA. L’idée étant « de permettre l’organisation de rendez-vous très qualifiés », précise Antoine Chotard, qui a décompté plus de 700 rendez-vous business lors de l’édition 2022, dont 600 très qualifiés. « Nous ferons peut-être un peu moins cette année, car pour la première fois, l’entrée du salon est payante », indique-t-il. Une nécessité en termes d’organisation, mais aussi l’occasion pour l’ADI NA de reverser le montant perçu la première journée à l’association Water Family, qui éduque et sensibilise à l’écologie scientifique et notamment aux enjeux liés à l’eau.