Couverture du journal du 12/04/2024 Le nouveau magazine

Reflet du Monde : Le drone à 360° 

SAINT-AUBIN-DE-MÉDOC. Née sous la forme d’un centre de formation en 2014, la société Reflet du Monde a développé 3 autres activités autour du drone pour répondre aux besoins de ses clients : prestation, vente de matériel et bureau d’études. Ses fondateurs souhaitent désormais lever des fonds pour accélérer son développement sur la partie agricole, via la start-up Agrodrone, ou encore la lutte contre les feux de forêt. 

Reflet du Monde, drone

Reflet du Monde développe ses propres prototype de drones appliqués à différentes spécialités, à la demande de ses clients, grâce à son bureau d'études Drone Design © Reflet du Monde

« Notre but est d’accompagner tous les nouveaux entrants dans le monde du drone grâce aux différents services que nous avons créés au fil des années », assure Patrice Rosier, cofondateur, avec Lilian Marolleau, de Reflet du Monde. Premier centre de formation du drone en Nouvelle-Aquitaine, fondé en 2014 à Saint-Aubin-de-Médoc, l’entreprise a développé en 10 années d’existence 4 piliers d’activité, en se finançant uniquement sur son marché, grâce à un modèle économique à 360° autour du drone.

« Nous proposons de la formation, de la prestation, de la vente de matériel et de l’innovation avec notre bureau d’études », énumère le dirigeant. « Cela nous permet d’accompagner nos clients dans la durée ».

Les drones lourds d'Agrodrone sont capables d'emporter 50 kg de graines pour les larguer © Reflet du Monde

Les drones lourds d’Agrodrone sont capables d’emporter 50 kg de graines pour les larguer © Reflet du Monde

4 marques commerciales

Dans un souci de lisibilité, l’entreprise a ainsi développé 4 marques commerciales au sein de son groupe PRDML. Les formations délivrées par Reflet du Monde dans ses locaux de Saint-Aubin-de-Médoc, construits sur-mesure en 2020, sont également proposées dans 10 grandes villes de France grâce à un réseau d’intervenants extérieurs qu’elle a pour beaucoup formés elle-même.

Elles vont du pilotage professionnel (théorique et pratique) à la spécialisation en imagerie infrarouge (pour analyser la consommation énergétique des bâtiments, par exemple), en passant par la photogrammétrie (qui permet de créer des jumeaux numériques 3D de bâtiments à partir de photos prises par drone), la surveillance, l’agriculture de précision (semis, démoustication…) ou encore le vol immersif (vue subjective à la première personne, dite FPV). « Notre catalogue est certainement le plus étoffé en France », estime Patrice Rosier. Reflet du Monde intervient également sous forme de prestation pour les secteurs de l’audiovisuel, de l’agriculture ou de l’industrie.

Aerial Shop, son site de vente en ligne, distribue l’ensemble des produits nécessaire à l’activité drone. Quant à Drone design, le bureau d’études et de R&D, il développe des innovations commandées par des clients sous la forme de POC (proof of concept).

Pionnière du semis par drone

La petite dernière, Agrodrone, start-up créée fin 2023, est une pionnière du semis par drone. Cette pratique en plein essor permet de changer les pratiques agricoles en supprimant les engrais chimiques grâce à l’implantation d’un couvert végétal d’interculture. « Cela prépare le terrain pour la culture suivante en apportant de l’azote, en retenant l’eau et en piégeant le CO2 », décrit Patrice Rosier. « Les coopératives agricoles Maïsadour et Vivadour nous avaient sollicités pour imaginer une solution. Nous avons fait une preuve de concept, puis conçu un drone capable de transporter une charge utile de 50 kg et de larguer des graines », expose Patrice Rosier.

Nous avons conçu un drone capable de transporter une charge utile de 50 kg

Agrodrone, qui vient d’obtenir l’autorisation de l’aviation civile pour faire voler ses machines agricoles d’une centaine de kilos, a déjà signé des devis un peu partout en France. Après un investissement de 200 000 euros au départ, issu de ses fonds propres, d’aides de la Région Nouvelle-Aquitaine et d’Aquiti, elle cherche aujourd’hui à lever des fonds afin d’accélérer sur la partie commerciale et l’industrialisation, pour se développer sur le marché européen.

 

Détecter et éteindre les incendies

« En parallèle du projet à fort potentiel Agrodrone, Reflet du Monde a continué de se développer et d’engranger des contrats, notamment sur certains sujets tels que la sécurisation, la détection des départs de feux de forêt et leur extinction », poursuit Patrice Rosier. Développé par le bureau de R&D Drone design, et mené par le pôle innovation technique de défense ALIENOR de la DGA (Direction générale de l’armement) de Nouvelle-Aquitaine, le projet DALI, pour Drones d’assistance et de lutte contre les incendies, repose sur deux types de drones.

Le premier, équipé d’une IA embarquée et enrichi d’une IA de traitement automatisé des images fournie par un partenaire, repère les augmentations de température. Le second, de grande taille, peut intervenir en larguant jusqu’à 40 litres d’eau. « Ce modèle part de la même base que celui que nous avons développé pour l’agriculture : un très gros drone avec une charge utile importante. DALI est le projet sur lequel nous concentrons actuellement tous nos efforts, les débouchés civils pouvant être rapides sur un marché vaste », estime le dirigeant.

Reflet du Monde forme à l'usage des drones, répond aux demandes spécifiques de ses clients pour des usages nouveaux, et propose également ses services sous forme de prestation © Reflet du Monde

Reflet du Monde forme à l’usage des drones, répond aux demandes spécifiques de ses clients pour des usages nouveaux, et propose également ses services sous forme de prestation © Reflet du Monde

« Méthode des petits pas »

Pour accélérer sur ce sujet, les fondateurs de Reflet du monde, qui emploient 12 personnes, dont la moitié en R&D, réfléchissent à ouvrir le capital de leur société. « Jusqu’ici, nous sommes restés prudents et n’avons jamais levé de fonds privés, ni fait entrer d’actionnariat extérieur. Mais nous sommes à un tournant de l’entreprise, et si nos projets aboutissent, nous espérons faire doubler nos effectifs et passer à l’échelle industrielle, ce qui va nécessiter des financements », devance Patrice Rosier, dont l’entreprise fabrique l’ensemble des drones dans son atelier, avec des composants existants.

Nous sommes à un tournant de l’entreprise

Reflet du Monde, qui a connu une croissance organique continue depuis sa création grâce à sa « méthode des petits pas », selon les mots de Patrice Rosier, a atteint un chiffre d’affaires de plus de 800 000 euros en 2023. « En fonction de l’aboutissement de nos projets, nous espérons atteindre le million d’euros en 2024 », confie-t-il.

REFLET DU MONDE EN CHIFFRES

Date de création : 2014

Marques commerciales : 4

Effectifs : 12

CA 2023 : + 800 000 euros

Objectif CA 2024 : 1 million d’euros

Aux origines de Reflet du Monde

Le premier s’est spécialisé dans les prestations d’imagerie aérienne par drone après avoir passé 17 ans chez Thalès Avionics. Le second, ingénieur aéronautique formé à l’Institut de maintenance aéronautique de Mérignac, a obtenu en 2004 la médaille d’or du Concours Lépine pour l’un de ses prototypes de drone équipé d’une caméra. Avant de passer 8 ans chez Novespace, filiale du Centre national d’études spatiales (Cnes). Lilian Marolleau et Patrice Rosier se rencontrent via Bordeaux Technowest, qui a initié, organisé et structuré la filière du drone depuis une douzaine d’années, depuis la Gironde. Et incubé leur projet d’entreprise, Reflet du Monde, lancé en 2014. À l’origine du premier centre de formation du drone de Nouvelle-Aquitaine, Reflet du Monde est également pionnière du semis par drone, et prépare un projet de drone grande élongation, RDM-one.