Couverture du journal du 21/06/2024 Le nouveau magazine

Un mois Une œuvre : Au Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, Conversation sacrée

VIERGE À L’ENFANT SUR LE TRÔNE, LE PÉRUGIN, XVE-XVIE SIÈCLES : ans le cadre du 500e anniversaire de la mort du Pérugin (1450-1523), le musée des Beaux-Arts de Bordeaux participe aux célébrations internationales commémorant le génie de cet artiste de la Renaissance.

Vierge à l'Enfant sur le trône entre saint Jérôme, saint Augustin, quatre anges et deux chérubins

Pietro di Cristoforo Vannucci, dit Le Pérugin, Vierge à l’Enfant sur le trône entre saint Jérôme, saint Augustin, quatre anges et deux chérubins, XVe-XVIe siècles. © Photo : F. Deval et L. Gauthier, mairie de Bordeaux.

Qualifié de son vivant comme étant « le plus grand maître d’Italie », Pietro di Cristoforo Vannucci, dit Il Perugino, a été un artiste novateur. Né en Ombrie, à Città della Pieve, à proximité de Pérouse, il étudie dans le prestigieux atelier d’Andrea del Verrocchio à Florence, où il apprend la technique de la peinture à l’huile venue des Flandres. Durant sa carrière, il côtoie les plus grands peintres de la Renaissance, tels que Léonard de Vinci, Sandro Botticelli ou encore « il Divino » Raphaël qu’il compte parmi ses élèves et travaille pour les plus importants commanditaires de la Péninsule comme Laurent de Médicis à Florence ou encore le pape Sixte IV à Rome. C’est néanmoins dans sa Pérouse natale qu’il travaille le plus, ce qui lui vaut le surnom de « Il Perugino », comme en atteste La Vierge à l’Enfant sur le trône entre saint Jérôme, saint Augustin, quatre anges et deux chérubins qu’il réalise pour l’église Sant’Agostino de cette ville. Peinte comme un support à la méditation spirituelle, l’œuvre représente une sacra conversazione (ou conversation sacrée), thème iconographique qui émerge au début de la Renaissance en Italie du Nord. Ce chef-d’œuvre est à découvrir dans la salle Renaissance de l’aile Lacour où il est présenté dans un nouvel accrochage.