Couverture du journal du 17/07/2024 Le nouveau magazine

BatiFemmes : Réseau d’artisanes

Karine Santamaria et Emmanuelle Taulet ont créé un réseau dédié aux artisanes du second œuvre. BatiFemmes regroupe 80 professionnelles du bâtiment sur l’ensemble de la région, dont la moitié en Gironde.

BatiFemmes

© Shutterstock

Vous souhaitez faire des travaux et préfèreriez faire appel à des femmes ? Tapez « plombière » dans votre navigateur, il le transformera en plomberie. « Femme peintre », vous aurez autant d’artistes peintres. BatiFemmes, premier réseau représentant les femmes du second œuvre dans le bâtiment, s’adresse à des clientes souhaitant faire réaliser des travaux.

D’ÉGALE À ÉGALE

Pourquoi un tel choix ? Karine Santamaria et Emmanuelle Taulet, les fondatrices, sont des amies de 20 ans. L’idée de créer une entreprise qui fédère les femmes leur vient lorsque la mère de Karine Santamaria demande que son gendre soit présent alors qu’un plombier doit venir faire des réparations chez elle. La raison ? Il n’est pas question de sécurité (même si ça peut faire partie des motivations) mais simplement elle se dit qu’il ne lui expliquera pas ce qu’il fait. Elle raconte cette anecdote à Emmanuelle Taulet qui, pour avoir suivi des chantiers et assuré la direction technique de maintenance de sites, a sou- vent été confrontée à la défiance d’ouvriers ou d’artisans. Or elles constatent qu’il n’existe aucun réseau de femmes dans le bâtiment. Elles créent ainsi BatiFemmes en 2021 : « Parmi les 150 plateformes de mise en relation clients/artisans, aucune ne permet de choisir une artisane ». remarquent-elles. « Parmi les raisons les plus invoquées pour choisir une femme artisane, on a d’abord la minutie mais aussi l’écoute et l’échange d’égale à égale », commente Karine Santamaria. Car le réseau s’adresse en particulier aux femmes seules qui se sentent ainsi rassurées et qui représentent 30 % des ménages en Nouvelle-Aquitaine.

1/3 DE PEINTRES

Lancé il y a 2 ans, BatiFemmes S.A.S. compte 80 femmes dans 8 catégories de métiers : plombières, menuisières, électriciennes, maçonnes, carreleuses, solières, peintres et plâtrières-plaquistes. La moitié sont établies en Gironde et un tiers sont des peintres. « Leur particularité est d’être à la fois des ouvrières et des cheffes d’entreprises », expose Karine Santamaria. Les artisanes ne paient ni abonnement, ni commission sur les travaux. En revanche, l’entreprise facture 20 € aux clientes qui doivent décrire leurs travaux, leur zone géographique et reçoivent en réponse les coordonnées de 1 à 3 artisanes. Si l’entreprise permet ainsi la relation cliente/artisane, elle favorise également le lien avec ces dernières. Un argument important quand on sait que 75 % de ces femmes sont issues de la reconversion professionnelle, provenant de métiers aussi divers que l’hôtellerie-restauration, l’enseignement, le droit, la défense… et qu’elles partagent désormais le statut de cheffe d’entreprises. Avec 1 600 femmes artisanes en Nouvelle-Aquitaine, la communauté BatiFemmes souhaite continuer à se développer.

EN CHIFFRES

1 600 femmes artisanes en Nouvelle-Aquitaine

80 ouvrières artisanes BatiFemmes en Nouvelle-Aquitaine

Une quarantaine en Gironde

Âgées de 25 à 55 ans

75 % sont issues de la reconversion

8 métiers représentés