Couverture du journal du 21/06/2024 Le nouveau magazine

De la machine à vapeur à Chat GPT (1/2)

CHRONIQUE (1/2) : Au cours des âges, l’homme a développé des technologies qui avaient pour objet de lui apporter de la force mécanique, puis l’aider à compter et administrer et enfin l’assister dans ses réflexions et modes de pensée. Nous allons retracer ici l’itinéraire d’un apprenti sorcier, l’homme, qui semble aujourd’hui avoir de plus en plus de mal à maîtriser la machine.

Chat GPT, Yvon CORCIA

Yvon CORCIA, fondateur de ShareValue.Pro – Bordeaux © Louis Piquemil – Echos Judiciaires Girondins

AUX ORIGINES DE LA FORCE MÉCANIQUE

Les premières machines avaient pour but de suppléer aux bras et aux jambes de l’homme ou de ses animaux domestiques (bœufs, chevaux, chiens). La machine à vapeur permettait à partir de la combustion du charbon d’obtenir une force mécanique pour faire tourner des roues, des hélices, des hachoirs à paille, des machines industrielles…
Les moteurs à combustion (essence, gas-oil, kérosène) puis le moteur électrique ont permis des machines plus compactes et plus « propres ». D’Artagnan a mis plusieurs semaines à cheval, pour atteindre les Tuileries à partir de sa Gascogne natale. Aujourd’hui en prenant le train à la gare Saint-Jean, il serait à Paris en 2 h 15. Les gains considérables de productivité et de richesse ont provoqué des mutations en profondeur de la société notamment l’émergence de la bourgeoisie et du capitalisme. La production mécanisée a conduit au basculement d’une société à dominante agraire et artisanale vers une société commerciale et industrielle. Des biens manufacturés et « bon marché » deviennent disponibles.

OBLIGATION D’ÊTRE SUR LE QUI-VIVE

Après l’assistance à l’effort physique est venue l’assistance à l’activité intellectuelle. Comme à l’école primaire, les machines ont appris à compter (caisse enregistreuse et calculette), écrire (traitement de texte) puis lire (reconnaissance des caractères) et comprendre la parole. Alors les ordinateurs ont permis l’aide à l’administration courante : organiser, trier, classer. Ces technologies numériques ont totalement bouleversé nos vies personnelles et professionnelles. L’instantanéité des moyens de communication a compressé drastiquement les délais. On est passé de la lettre timbrée (quelques jours) à la commande en ligne (quelques secondes). Certes ceci a apporté de la réactivité mais la pression de la concurrence a transformé cette faculté d’aller vite en obligation d’être sur le qui-vive. L’automatisation de bout en bout des processus de commande/livraison de produits et de services (paiement en ligne, robots de préparation de commande, fabrication juste à temps) nous a plongés dans un maelstrom de course permanente contre la montre. S’adapter à la grande vitesse permise par les moyens de communication a impliqué de repenser totalement le mode de fonctionnement interne des organisations, que ce soit pour la logistique, l’élaboration de services ou de produits industriels. Nous avons ainsi forgé nous-mêmes les chaînes qui nous ont placés dans un étau de compression du temps et de l’espace. L’objectif initial était de nous rendre la vie plus facile. Le résultat final est d’ouvrir la porte au stress, au burn-out, aux maladies cardiovasculaires et finalement au raccourcissement de l’espérance de vie. Nous avons bien avancé sur la route des apprentis sorciers, mais nous conservons une solide marge de progression.

SMART BROTHER ET BIG DATA

Dans notre vie personnelle comme professionnelle, nous sommes immergés dans un monde d’interactions numériques. Nos mails, notre navigation Internet, nos déplacements physiques, tout cela est mémorisé. L’ensemble de ces interactions permet de collecter des données qui constituent le « Big Data ». On peut ainsi « mieux vous connaître pour mieux vous servir » avec une dérive possible vers « mieux vous connaître pour mieux vous influencer ».

GOOGLE, DÉTENTEUR DE LA VÉRITÉ QUI S’ACHÈTE

Plus la technologie est complexe, plus elle échappe à la compréhension de celui qui l’utilise. Quand vous utilisez un tournevis électrique, vous pouvez le voir tourner et comprendre parfaitement son fonctionnement. Quand vous demandez à Google de vous trouver un plombier à Bordeaux, il y a potentiellement des centaines de réponses. Après une alchimie à base d’algorithmes qui vous échappe totalement, Google va vous présenter les réponses dans un certain ordre..

On peut remplacer de nombreux emplois humains par des applications IA

Cet ordre de présentation n’est ni alphabétique ni basé sur la bonne réputation. Il résulte d’une enchère en temps réel, chaque candidat pouvant « miser » sur la place qu’il veut occuper. Quand vous cliquez sur un plombier, celui-ci est prélevé immédiatement du montant de sa mise par Google. Même si par la suite vous ne passez aucune commande à ce plombier. Si vous demandez à Google « qui a inventé l’eau chaude ? » Google vous répondra sans hésitation « En 1915, c’est un entrepreneur suisse, Frédéric Sauter.. » C’est une réponse erronée et péremptoire que Google a choisi « arbitrairement » alors que de nombreuses réponses existent dans différentes sources. Wikipedia vous dira que Hérodote (né en 480 avant JC) mentionne que l’eau chaude était déjà utilisée dans les bains romains.

En fait… personne n’a inventé l’eau chaude, elle existe à l’état naturel. Google, du fait de sa position dominante, est donc devenu le détenteur de la vérité que ce soit pour des faits historiques ou pour choisir son plombier. Celui qui influence Google, influence la vérité ! L’information qui vous est présentée par Facebook (sur laquelle vous allez fonder votre opinion voire vos actions) obéit à des algorithmes dont la logique vous est inconnue et sûrement pas la recherche de l’exhaustivité ou de l’objectivité.

ET PUIS EST NÉE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

Les systèmes à base d’IA actuels sont basés sur le « Deep learning ». Le principe en est très simple : on « éduque » une IA « vide » en lui faisant apprendre des dizaines ou des centaines de milliers de cas concrets. L’IA mémorise cela en organisant des réseaux de neurones. Ensuite quand on lui pose une question, elle interroge son réseau de neurones et donne une réponse. Deux observations sont importantes :
• L’IA ne peut pas expliquer la logique détaillée qui l’a conduit à donner la réponse. C’est comme un humain qui dirait « En écoutant mon expérience, je suis convaincu que… mais je ne saurai dire pourquoi ». Les experts vous diraient qu’il n’y a pas de traçabilité de son raisonnement.
• On éduque une IA avec les expériences qu’on choisit de lui apprendre. Vous pouvez éduquer une IA à devenir raciste, homophobe, intolérante sur le plan religieux, etc. C’est comme l’éducation d’un nouveau-né. Une fois On peut remplacer de nombreux emplois humains par des applications IA éduquée par « Deep learning » elle vous donnera des réponses en rapport avec son éducation.

DES DOMAINES D’APPLICATION DE L’IA SANS LIMITES

Les applications actuelles de Chat GPT montrent que l’on peut remplacer de nombreux emplois humains par des application IA : écrire des articles de presse, des scénarios de romans, peindre des tableaux , accorder des droits et des crédits, arbitrer des conflits… voire prendre des décisions de justice et… écrire des lois. Une étude des chercheurs de l’université américaine de Purdue a analysé les réponses de Chat GPT à des questions de programmation logicielle. Cette étude montre que plus de la moitié des réponses de Chat GPT sont incorrectes, Ceci ne freine pas le succès de l’IA car l’utilisateur n’a pas souvent la capacité de repérer les inexactitudes mais surtout l’IA donne une réponse instantanée et quasi gratuite. Là ou Chat GPT répond en quelques secondes, il faudrait payer un expert plusieurs centaines d’euros. Certes l’IA n’a pas de sens commun. Chat GPT peut vous écrire une page sur la comparaison des œufs de poule et des œufs de… cheval (j’ai posé la question, Chat GPT m’a répondu !). On peut même imaginer une IA qui crée et « éduque » d’autres IA sans aucune intervention humaine. Bonjour Terminator ! On peut considérer que Chat GPT 2023 est à l’IA future ce que la machine à vapeur était au moteur à réaction. Cela ouvre des perspectives…

EN GUISE DE MORALE

Au XIXe siècle, c’est la création de richesses et l’abondance de produits bon marché. Le résultat est l’amélioration générale des conditions de vie. Au XXe siècle, c’est l’amélioration de l’administration et de la production de services. Les marges de productivité combinées à une pression concurrentielle et à la liberté des échanges ont conduit à la création de contraintes dans le mode de vie.

Au XXIe siècle que se passera-t-il ?… Dans un poème de Goethe, un jeune apprenti sorcier tente d’animer un balai pour faire son travail et remplir une bassine d’eau. Mais, animé d’une vie propre, le balai ne s’arrête plus, l’eau déborde et inonde la demeure qui devient une piscine géante. Peut-être avons-nous suivi le même parcours. Nous avons inventé des machines pour faire notre travail physique puis intellectuel. Nous ne pouvons plus maîtriser cette évolution et notre cadre de vie est profondément bouleversé.

Publié par