Couverture du journal du 20/05/2022 Consulter le journal

Quertix, la tech gagnant/gagnant

Conçue autour des notions d’impact, de transparence et de communauté, la start-up bordelaise Quertix a imaginé un ensemble d’outils afin de connecter les consommateurs engagés avec les entreprises éthiques. Une technologie vertueuse basée sur la blockchain et sur la première cryptomonnaie responsable, le BEEP.

Jean-François Duplaix, Anne-Sophie Vezine, Frédéric Chauvat, Quertix

Jean-François Duplaix, directeur régie commerciale et médias de Quertix, Anne-Sophie Vezine, directrice générale et CMO de Quertix et Frédéric Chauvat, fondateur et président de Quertix © Atelier Gallien - Echos Judiciaires Girondins

« Une boîte à outils pour favoriser l’économie positive. » C’est ainsi que les créateurs de Quertix, distinguée parmi les start-ups de la semaine mi-janvier par les Pépites Tech*, décrivent leur projet. Imaginée par Frédéric Chauvat, Anne-Sophie Vezine et David Siarri, fondateur des Advisers et conseil de Quertix, la start-up, créée en juin 2021 et actuellement en cours de développement, se présente côté utilisateur sous la forme d’une extension gratuite à télécharger dans son navigateur, faisant apparaître à côté de chaque recherche un « badge d’impact ». Cette note attribuée à une entreprise ou une organisation est calculée à partir de plus de 250 labels et certifications tels qu’Impact France, B-Corp ou Time for Planet (la liste est mise à jour en temps réel), répartis selon 4 critères : environnement, collaborateurs/social, bien commun et gouvernance. Des critères pour lesquels les utilisateurs pourront d’ailleurs établir leurs priorités, afin que la note finale ainsi pondérée selon leurs aspirations « représente vraiment leur vision du monde », explique Anne-Sophie Vezine, directrice générale de Quertix. « Le but de l’extension est de faire un matching entre la marque et le consommateur. Avec celui qui exige des produits origine France garantie, celui qui veut du tout vegan, celui qui accepte ou rejette la notion de compensation carbone… », précise Frédéric Chauvat, président de Quertix et ancien directeur technique chez Cdiscount.

Le but de l’extension est de faire un matching entre la marque et le consommateur

BONS D’ACHAT EN CRYPTOMONNAIE

Côté entreprise, Quertix souhaite valoriser les marques engagées dans une démarche RSE, et proposer aux autres une plateforme d’accompagnement pour optimiser et améliorer leur note d’impact. « Nous voulons simplifier la mise en place d’une stratégie d’impact en dématérialisant ce processus afin d’accompagner le maximum d’entreprises, quels que soient leur budget, leur secteur ou leur maturité, vers un monde plus responsable et plus éthique », poursuit Anne-Sophie Vezine, qui a auparavant travaillé durant une dizaine d’années dans le marketing et la communication digitale. Pour concrétiser l’ensemble de sa démarche dédiée au « mieux consommer », Quertix, qui utilise la technologie Blockchain pour répertorier en toute transparence les preuves des labels et certifications, a ensuite imaginé sa propre cryptomonnaie. Première devise virtuelle responsable et vertueuse, le BEEP, pour Business Ethic and Environnemental Protection, est délivré aux utilisateurs de Quertix sous forme « de bons d’achat leur permettant d’acheter des produits éthiques et responsables auprès de partenaires marchands que nous sommes en train d’embarquer avec nous. Ces derniers pourront à leur tour réinvestir leurs BEEP dans l’écosystème Quertix, pour acheter de la visibilité sous forme de publicité et pour rétribuer leurs clients sous forme de cash back ou de give back », explique la directrice générale de l’entreprise, qui proposera également sa propre marketplace. Et vient de signer un partenariat avec Ethi’kdo, carte cadeau dont les 200 enseignes se revendiquent « 100 % éthiques, écologiques, solidaires et responsables ».

Quertix

© D. R.

COMITÉS CONSULTATIFS

Mais avant d’œuvrer à « augmenter le pouvoir d’achat des consommateurs, en les incitant à mieux consommer, tout en permettant aux entreprises responsables de développer leur business », résume Frédéric Chauvat, Quertix doit encore constituer sa communauté. Tout d’abord grâce à une levée de fonds en BEEP, une « Initial Coin Offering (ICO) » que l’entreprise lancera très prochainement. « Ceux qui vont investir dans notre projet vont le faire en achetant notre monnaie. Ils deviendront nos premiers utilisateurs et ambassadeurs », assure Anne-Sophie Vezine. Deuxième levier d’acquisition pour Quertix : capter les entreprises en B2B, « pour qu’elles poussent l’utilisation de l’extension auprès de leurs employés, clients… », précise-t- elle. « Nous sommes partis du monde économique, car nous pensons que les entrepreneurs ont un rôle à jouer. Il y a aujourd’hui de la défiance partout, sauf au sein des communautés, dont l’entreprise, où on se connaît, on se fait confiance », analyse en effet Frédéric Chauvat. La communauté Quertix aura également le rôle de co-construire l’ensemble des outils proposés par la start-up en prenant part à sa gouvernance. « Nous sommes en train de constituer les différents comités consultatifs composés de membres de Quertix, d’utilisateurs et d’entreprises, qui vont émettre des avis sur l’ensemble de nos décisions : validation des scores, pondération des critères, calcul de notre rémunération, fonctionnement des BEEP… Nous voulons prendre en compte l’avis des différentes parties prenantes en toute transparence », affirme le président de l’entreprise.

PARTENARIAT AVEC 1 % FOR THE PLANET…

Quertix, qui compte une dizaine d’employés, a déjà noué des partenariats avec plusieurs organisations telles que le Mouvement Impact France, 1 % for the Planet, Global Climate Initiatives ou Origine France Garantie, et fédère une quinzaine de personnalités « qui ont adhéré au groupe, et donnent de leur temps et expertise pour faire émerger l’énergie positive », se félicite Frédéric Chauvat. Prochaines étapes pour l’entreprise : finaliser son extension, qui est actuellement en cours de test, et poursuivre l’acquisition de toutes ses communautés, pour enfin être capable « de faire remonter le positif à la surface », conclut Jean-François Duplaix, directeur de la régie commerciale et médias de Quertix.

Quertix

© D. R.

L’idée est d’augmenter le pouvoir d’achat des consommateurs, tout en permettant aux entreprises responsables de développer leur business

* Annuaire officiel des start-ups de la French Tech dans le monde