Couverture du journal du 05/08/2022 Consulter le journal

Services à la personne : O2 en forte croissance

Le secteur du service à la personne connaît une forte croissance et O2 en est le leader français. Dominique Zych, directrice de la franchise Nouvelle-Aquitaine, revient sur cette expansion, mais aussi sur les difficultés auxquelles est confrontée l’entreprise.

Dominique Zych, directrice de la franchise Nouvelle-Aquitaine O2

Dominique Zych, directrice de la franchise Nouvelle-Aquitaine © Marie Amélie Husson

« On veut être l’oxygène du quotidien des 90 000 familles que l’on suit, et d’autres à venir », assure Dominique Zych, directrice régionale de la franchise O2 pour la Nouvelle-Aquitaine. Le secteur du service à la personne est en pleine expansion, et O2 prestataire dans ce domaine, en est le leader français. Entreprise multi-spécialiste, elle fait partie du groupe WeCare et propose plusieurs services : ménage, repassage, garde d’enfant pour les moins de 3 ans, mais aussi pour les plus âgés, l’aide aux seniors, l’accompagnement des personnes en situation de handicap. Le soutien scolaire ainsi que le ménage pro sont de toutes nouvelles activités que l’enseigne propose également. « On a constaté qu’en sortie de crise Covid, on était à + 20 % de demandes ». La directrice régionale l’affirme : le groupe se porte très bien.

On a constaté qu’en sortie de crise Covid, on était à + 20 % de demandes

166 POSTES À POURVOIR EN CDI

166 postes à pourvoir en CDI en région Nouvelle-Aquitaine, et 6 000 sur tout le territoire : « On est dans une démarche active de recrutement », développe Dominique Zych. Elle explique que le secteur connaît une « tension RH » : il y a une très forte demande de la part des clients, contre trop peu d’employés. La raison ? Le métier est trop peu reconnu, voire mal considéré par certaines personnes. « On essaye d’expliquer l’intérêt de ce métier qui a du sens, comme par exemple aller aider une personne en situation de handicap », relate la directrice régionale. L’enseigne a ainsi deux axes de communications principaux. D’abord : les diplômés de l’ancien CAP Petite enfance. « Il n’y a pas assez de place en crèche, et les accueillir chez nous, ça leur permet de pouvoir faire de la garde d’enfant à domicile », argumente Dominique Zych.

SENSIBILISER LES JEUNES

Le deuxième axe de recrutement d’O2 : les étudiants. Beaucoup de jeunes ont des difficultés à financer leurs études ou à se loger, et vont spontanément se tourner vers les fast-foods, les jobs de livreur… « On a des supports de communication pour du recrutement pour ces jeunes, on met en avant la possibilité d’avoir un job étudiant, on a toute une campagne pour les sensibiliser », témoigne-t-elle. Rencontrer des étudiants dans les universités et autres lieux d’études et écoles de formation : tout est mis en œuvre pour les toucher le plus possible. La difficulté de recrutement, comme dans d’autres secteurs, la directrice régionale la ressent : « Depuis quelques années, on se rend compte que notre démarche de recrutement évolue. Avant, on avait des candidatures qui arrivaient spontanément. Aujourd’hui nous devons être dans une démarche de séduction, donner aux candidats l’envie de venir chez nous ».

Le public de plus de 75 ans est aujourd’hui à 6 millions et on parle  de plus de 10 millions en 2040

Au-delà des problèmes de recrutement, le secteur connaît une croissance des demandes du service à la personne importante. L’activité d’accompagnement des personnes âgées est la plus sollicitée. Selon Dominique Zych, ce « boom de demandes » s’explique par l’envie des seniors de vieillir et de bien vieillir à leurs domiciles. Si une grande majorité souhaite rester chez eux, c’est en partie, car ils ont leurs souvenirs, que leurs maisons sont leurs « cocons », mais aussi, car c’est synonyme d’un certain maintien de l’autonomie. « Notre population française est une population vieillissante, le public de plus de 75 ans est aujourd’hui à 6 millions et on parle de plus de 10 millions en 2040. On va être à plus de 4 millions en une petite vingtaine d’années, donc les besoins vont continuer à augmenter de façon importante », indique la directrice régionale.

UN NOUVEL AVANTAGE FISCAL

« Il y a un vrai sujet de société actuellement : l’avance immédiate du crédit d’impôt. » Directement influencée par l’avantage fiscal, l’entreprise explique également la croissance du secteur grâce aux annonces gouvernementales. En effet, le gouvernement a décidé de ne plus demander aux contribuables de faire l’avance de trésorerie : si le client a une facture de 200 euros, il ne payera plus que 100 euros. « On sait que ça va être un gain pour nos clients, par exemple pour nos seniors qui n’ont pas d’aide pour leurs revenus, mais qui ont tout même besoin d’une assistance aux quotidiens, ou tous nos clients qui n’avaient pas financièrement les moyens d’avancer la totalité de la facture », remarque-t-elle.

« L’IMPACT A ÉTÉ TRÈS FORT »

Tout leader français qu’il est dans le secteur, O2 a vécu tout de même des moments difficiles ces derniers temps : « L’impact du Covid sur nos activités a été fort, on s’est retrouvé dans une période très anxiogène, inattendue, non connue et non maîtrisée », explique Dominique Zych. Elle décrit cette période comme un événement très perturbant autant pour les clients que pour les salariés. Les conséquences : le groupe a connu une forte demande d’annulation des prestations dites « conforts », aide-ménagère, garde d’enfant, aide au devoir, etc. En partie, car ces derniers avaient peur de recevoir des employés chez eux. « Par contre, on a été particulièrement au rendez-vous auprès de notre public fragile », nuance-t-elle. Ainsi, les seniors avec accompagnement ont besoin d’une aide quotidienne : l’aide au lever, au repas, à la toilette… Pour la directrice, les auxiliaires de vie de tout le territoire ont répondu présent et l’enseigne a pu répondre à ce besoin primaire. Aussi, O2 a rapidement mis en place la garde d’enfant des soignants, ou encore du personnel alimentaire : « Il y avait vraiment cette notion de solidarité », se réjouit Dominique Zych.

Notre pire ennemi dans le service à la personne en terme de recrutement, c’est le travail au noir

« Notre pire ennemi dans le service à la personne en terme de recrutement, c’est le travail au noir ». Il s’agit, selon la directrice régionale, d’un problème qui a été mis en évidence notamment pendant la crise du Covid. « Toutes les personnes qui n’étaient pas déclarées, se sont retrouvées du jour au lendemain sans rémunération parce que les personnes qui avaient recours au travail au noir ne voulaient plus recevoir les assistants ménagers à leurs domiciles, donc pas de couvertures ou d’aides », développe-t-elle. Afin de montrer aux salariés qu’O2 souhaite s’engager sur le long terme, l’entreprise a parié sur le CDI. Dominique Zych reste tout de même optimiste quant à l’avenir du secteur : « Le service à la personne a de très beaux jours devant lui ».