Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

API : petites épiceries, grandes ambitions

Les supérettes de village connectées et en libre-service d’Api se développent en Charente avant de se déployer sur toute la Nouvelle-Aquitaine, puis de conquérir la France. Un concept innovant et inclusif imaginé par des entrepreneurs originaires de Cognac et de Bordeaux.

Api

Les 3 fondateurs d’Api : Jean-Luc Treillou, Alex Grammatico et Julien Nau avec la directrice générale, Marie-Laure Basset © D.R.

Conçue par deux entrepreneurs du monde rural originaires de Cognac et Bordeaux, Julien Nau et Alex Grammatico, rejoints par l’expert de l’entrepreneuriat Jean-Luc Treillou (TreeFrog Therapeutics) et la spécialiste de l’agroalimentaire et de la grande distribution Marie-Laure Basset, Api n’est pas une simple épicerie de campagne. « Il s’agit d’une véritable innovation qui vise à redynamiser le monde rural. Nous nous sommes tout de suite positionnés comme une entreprise à mission, avec un vrai impact social et environnemental », proclame Marie-Laure Basset, directrice générale d’Api. Ce réseau de supérettes connectées en libre-service se déploie actuellement en Charente, avec déjà 3 magasins ouverts à Claix, Marsac, Sers depuis le 27 janvier, et 2 ouvertures prévues à Moulidars et Germignac. « Nous implantons nos supérettes par grappe de 5 sur un même secteur pour qu’un seul gérant puisse s’en occuper », détaille la CEO. Comptant plus de 750 habitants, sans supermarché à moins de 30 minutes aller-retour en voiture, les villages accueillant les supérettes ont été méticuleusement choisis.

« Nous avons mappé l’intégralité des communes de France et identifié les zones avec une forte densité », précise Marie-Laure Basset, qui prévoit 15 implantations dans les deux Charentes pour une quarantaine au total en Nouvelle-Aquitaine en 2023, avant un déploiement dans toute la France.

Une quarantaine d’implantations sont prévues en Nouvelle-Aquitaine en 2023 avant un déploiement dans toute la France

Api

© Api

ÉCOLOGIQUE ET INCLUSIF

Il a fallu 2 ans à l’équipe d’Api, composée aujourd’hui d’une dizaine de personnes et dont les services marketing et informatique sont basés à Bordeaux, pour développer son concept d’épicerie autonome. Avec une obsession : « proposer une expérience adaptée à notre cible, le monde rural », insiste Marie-Laure Basset. Écologiques, les chalets en bois écoconçus de 40 m2, fabriqués en France, sont uniquement reliés à l’électricité (pas à l’eau) et ne nécessitent aucun chantier de terrassement. Inclusives, les épiceries ont été conçues pour accueillir les personnes à mobilité réduite, mais aussi celles éloignées du numérique. « À chaque ouverture de magasin, une personne sera présente sur place pendant 2 semaines pour aider les utilisateurs à créer leurs comptes Api. Ces derniers permettant d’obtenir un QR code pour accéder à nos magasins. Pour ceux que cela rassure, nous proposons aussi des cartes imprimées avec ce QR code. Et on voit que cela fonctionne bien dans notre premier magasin de Claix », assure la directrice générale. Une fois lancée, chaque épicerie fonctionne en libre-service : entrée, courses, paiement en caisse automatique… Le tout sous l’œil vigilant d’une vidéosurveillance et avec une assistance téléphonique disponible 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

Notre obsession : proposer une expérience adaptée au monde rural

PARTENARIAT AVEC CARREFOUR

C’est avec son catalogue de 700 produits par magasin au prix moyen de 1,70 euro (frais, surgelé, hygiène, nettoyage, aliments pour animaux…, mais pas d’alcool), dont 70 % à prix supermarché, qu’Api espère convaincre les habitants des campagnes. « La notion de prix est clé pour que nos épiceries de village fonctionnent », analyse Marie-Laure Basset, qui a pour cela noué un partenariat avec Carrefour, dont Api distribue les produits de marque distributeur. L’autre avantage réside dans l’accès à l’intégralité du catalogue de produits Carrefour, qui permettra à Api « d’optimiser l’assortiment de références proposées grâce à un cahier mis à disposition des clients dans chaque supérette », explique-t-elle.

30 EMBAUCHES PRÉVUES EN 2023

L’offre sera complétée par des produits locaux comme les pâtes, le miel ou les œufs bios produits et vendus à Claix. Outre la recherche de producteurs locaux, « nos équipes de terrain vont également démarcher les communes. Il est important pour nous de travailler en collaboration avec les maires et d’avoir la majorité du conseil municipal ou communal en faveur du projet. En général, ils sont très investis », assure Marie-Laure Basset. Pour compléter ses équipes et gérer les supérettes qui doivent s’ouvrir, Api prévoit de recruter une trentaine de personnes dans les territoires ruraux en 2023.

 

API EN CHIFFRES

Date de création : 2021

3 associés : Julien Nau, Alex Grammatico et Jean-Luc Treillou

1 CEO : Marie-Laure Basset

2 bureaux : Bordeaux (Gironde) et Claix (Charente)

Effectifs : 10

700 produits dans 40 m2

1 gérant pour 5 supérettes

Objectif : 40 ouvertures en 2023