Couverture du journal du 21/06/2024 Le nouveau magazine

Bordeaux : CTO et CFO, les experts externalisés

Deux jeunes entreprises basées à Bordeaux proposent des services externalisés de fonctions-clés pour les organisations : Directeur technique (Chief technical officer/CTO) et Directeur administratif et financier (Chief financial officer/CFO). Positionnés comme de véritables partenaires et même des codirigeants, Hones et La Direction délivrent leur expertise pour permettre à leurs clients de prendre les bonnes décisions au bon moment.

Thibault Salou, La Direction

Thibault Salou, fondateur de La Direction ©Atelier Gallien - Echos Judiciaires Girondins

Ils font partie du top 3 des fonctions considérées comme les plus dynamiques par les cadres de Nouvelle-Aquitaine, selon le dernier Baromètre Apec. 69 % des cadres du secteur informatique et 55 % des cadres du secteur de la finance du territoire pensent même pouvoir retrouver facilement un poste en cas de changement d’entreprise. Quand 56 % des entreprises néo-aquitaines estiment avoir des difficultés à recruter des cadres informaticiens. Couplé au développement du télétravail, de l’activité de prestataire de service et du statut d’indépendant, ce contexte a donné à des entrepreneurs girondins l’idée de mettre à disposition leur expertise de façon externalisée. Matthieu Sénéchal, Joachim Fourquet et Léni Marvaud ont ainsi créé en 2021 Hones, qui propose un service de directeur technique ou CTO externalisé. Et Thibault Salou a fondé fin 2020 La Direction, un cabinet de direction financière externalisée, rejoint par Antoine d’Humières comme associé. Des services qui s’adressent tous deux à des entreprises innovantes et digitalisées. Et se considèrent non pas comme de simples sous-traitants, mais comme de véritables partenaires de confiance de leurs clients.

Léni Marvaud, Matthieu Sénéchal et Joachim Fourquet, les 3 cofondateurs de Hones ©DR

RÔLE DE CODIRIGEANT

« La technique est un aspect central et stratégique pour énormément de sociétés aujourd’hui : elle structure leur activité, leur offre. C’est pour cela que nous nous positionnons dans un rôle de codirigeant », explique Matthieu Sénéchal, cofondateur de Hones. « Nous avons un échange fort avec les dirigeants de la société ou du projet accompagné, pour comprendre quelle est leur vision », ajoute-t-il. Son service de CTO externalisé consiste ensuite à construire la technologie qui va servir les objectifs business de l’entreprise, et à s’assurer que les développements sont de qua- lité pour garantir leur durabilité.

« Nous apportons une réflexion et une vision stratégique, ainsi que de bonnes pratiques dans l’exécution », résume Matthieu Sénéchal. Particulièrement utile pour les projets qui se lancent, « afin que les bonnes décisions soient prises dès le départ », Hones s’attache durant son accompagnement à transmettre le maximum de compétences pour qu’elles soient internalisées au fur et à mesure.

COMMENCER PETIT

Ce fut le cas pour l’entreprise vendéenne Slash Intérim, réseau de recruteurs indépendants dans l’intérim, qui met à leur disposition une plateforme facilitant les aspects administratifs. « Nous avons voulu externaliser la partie technique car ce n’est pas une compétence de l’équipe cœur de Slash Intérim », indique Emma Capron, cofondatrice et directrice des opérations. Elle connaissait l’un des fondateurs de Hones depuis ses études à l’ESSEC, et avait « donc un biais de confiance », confie-t-elle. « Ils ont développé notre outil digital et structurent parallèlement notre équipe technique : ils ont un vrai rôle de CTO pour nous. Leur approche est intéressante et sensée : on commence petit, puis on élargit le périmètre autour du produit avec des petites briques au fur et à mesure », décrit-elle.

COUTEAUX SUISSES

Le rôle de CTO revêt en effet différentes missions et fonctions, qu’une jeune entreprise ne sera pas forcément capable d’identifier. « Avoir recours à des CTO couteaux suisses qui peuvent s’adapter au contexte s’avère utile », estime Matthieu Sénéchal. « De plus, nous avons le recul nécessaire pour définir les besoins et les profils correspondants ». Également amené à réaliser des missions de renfort de CTO, Hones peut aussi occuper la fonction de CTO de transition dans le cadre de missions temporaires. Dans ce cas, les clients ont des équipes techniques comprenant jusqu’à 20 personnes. « Nous avons fait appel à Hones pour une mission de remplacement ponctuel de notre CTO, indisponible durant un moment », se souvient Florian Blanc, cofondateur de Geev, application bordelaise de dons d’objets et de nourriture, qui compte plus de 4 millions d’utilisateurs en France. « Hones est spécialisé dans les missions de CTO, c’est une vraie expertise qui leur permet d’être immédiatement opérationnels. Nous avons apprécié la rapidité de mise en œuvre », ajoute le dirigeant, dont l’associé, Hakim Baka, avait été mis en relation avec Hones via une entreprise partenaire.

TRANSMETTRE LES BONNES PRATIQUES

En 2023, pour continuer à « faciliter la vie des entreprises et d’un réseau d’experts qui partagent nos valeurs en faveur d’une technologie utile et de qualité, nous envisageons de créer un service de mise en relation entre des clients et des CTO indépendants », annonce Matthieu  Sénéchal.  Hones, compte 6 collaborateurs en CDI dans son équipe, dont 5 directeurs techniques basés à Bordeaux, Paris et Rennes, prévoit 6 nouvelles embauches en 2023 et un chiffre d’affaires qui devrait dépasser le million d’euros. « Nous ressentons également un besoin important sur la formation continue des développeurs », ajoute le cofondateur d’Hones, qui réfléchit à la création d’un service de formation.

La technique est un aspect central et stratégique pour énormément de sociétés. C’est pourquoi nous nous positionnons dans un rôle de codirigeant (Hones)

La formation et la transmission des bonnes pratiques sont elles aussi au cœur de la philosophie de La Direction, qui délivre son expertise de direction financière notamment dans le cadre d’ateliers et de for- mations organisés en partenariat avec Unitec ou Héméra. « Être un acteur de l’écosystème start-ups est important pour nous. C’est notre mission d’accompagner toutes les entreprises ! », affirme Thibault Salou, fondateur et dirigeant de La Direction.

STANDARDS ÉLEVÉS

Spécialiste de l’accompagnement des start-ups, qui composent 70 % de sa clientèle, l’entreprise leur apporte son expertise lors- qu’elles ont besoin d’augmenter leur exigence du point de vue financier. « Nous adressons notre service de DAF externalisé à des start-ups qui par essence ont des besoins de financements, des cycles de trésorerie qui oscillent et des besoins de communication financière auprès d’interlocuteurs expérimentés, tels que des fonds d’investissements, des business angels, des établissements bancaires ou des institutions publiques. On leur apporte, ces standards élevés », assure Thibault Salou. Cet accompagnement, qui va de la création de reportings financiers à la recherche de subventions, en passant par la construction de l ’équipe financière, peut aussi inclure la modélisation de prévisionnel, la gestion et l’optimisation de la trésorerie ou encore l’élaboration de business plan. « Nous intervenons dans l’entreprise un jour par mois à deux jours par semaine, en fonction des besoins, qui peuvent évoluer dans le temps », précise-t-il.

« MAGIQUE »

Medtech bordelaise qui fabrique des thérapies numériques pour la prise en charge des douleurs chroniques, avec comme première indication l’endométriose, Lucine a fait appel à La Direction à plusieurs reprises. « Certaines sociétés comme la nôtre n’ont pas encore assez de masse financière pour internaliser la fonction de CFO. Mais nous avons besoin d’interventions de type CFO », constate Maryne Cotty-Eslous, fondatrice et dirigeante de Lucine. Elle a choisi La Direction car « ils ont 7 profils différents de CFO qui peuvent répondre à tous les besoins ». L’entreprise est ainsi intervenue chez Lucine « sur la mise en place de business plans pour obtenir de très importants financements de R&D européens. Sur la partie structuration du quotidien, ils nous ont permis d’avoir une meilleure analytique et donc une meilleure acuité dans la gestion de l’entreprise. Ils nous ont aidés à mettre en place des outils de reporting associés à la dépense sur d’importantes subventions européennes. Ils nous accompagnent également avec certains investisseurs… », énumère Maryne Cotty-Eslous. « Et lorsque je changeais d’idée sur une ligne du business model, ils pouvaient me montrer directement les impacts financiers en modélisant l’idée dans le business model. C’était magique ». « La Direction met l’expertise grand groupe au service des jeunes entreprises », conclut-elle.

J’ai créé une équipe, car souvent, les DAF subissent beaucoup de pression et se sentent seuls. C’est vraiment utile de pouvoir échanger entre nous (La Direction)

OUTILS D’AUTOMATISATION

Sollicitée pour des missions généralement longues auprès des start-ups, La Direction intervient également auprès de PME pour des missions ponctuelles et des audits de l’organisation. « Il existe beaucoup d’outils d’automatisation qui permettent de gagner du temps et d’augmenter la fiabilité, sur les factures et relances clients, ou le traitement des factures fournisseurs par exemple. Une partie de notre travail consiste à trouver le bon outil pour l’entreprise et à accompagner sa mise en place ainsi que la mise en œuvre de nouveaux process », décrit Thibault Salou. C’est dans ce cadre que Dronisos, entreprise bordelaise qui figure parmi les leaders mondiaux du spectacle de drones lumineux, a fait appel à La Direction. « En tant que CEO, je garde encore la casquette de CFO. J’ai trouvé intéressant d’avoir un point de vue de spécialiste pour faire certains choix structurants d’outils et de process. J’ai donc fait appel à eux pour une mission ponctuelle sur un choix-clé pour la fonction finance de l’entreprise », explique Laurent Perchais, dirigeant de Dronisos. Satisfait par « la réponse d’expert teintée de pragmatisme et de savoir-faire métier, obtenue dans un délai court », Laurent Perchais avait choisi La Direction sur les recommandations d’autres entrepreneurs et investisseurs, « qui m’ont garanti la confidentialité », précise-t-il.

EXPÉRIENCE ET TECHNICITÉ

La dizaine de collaborateurs de La Direction, basés à Bordeaux et Toulouse, ont en commun « l’expérience et la technicité, les qualités du CFO. Les personnes que l’on recrute ont une première expérience en cabinet d’audit ou en fonds d’investissement, et une deuxième en direction financière », détaille Thibault Salou. Alors qu’il avait imaginé La Direction au début de la pandémie, après avoir constaté « un changement fort dans l’employabilité et le recours aux freelances », le dirigeant a finalement décidé de salarier en interne tous ses collaborateurs. « Il est plus difficile de garantir la qualité de la mission avec des freelances. J’avais aussi envie de créer une équipe car souvent, les DAF subissent beaucoup de pression et se sentent seuls. C’est vraiment utile de pouvoir échanger entre nous. Et puis chaque client bénéficie de l’expérience qu’on a acquise chez les autres », ajoute Thibault Salou. En 2023, il espère recruter une dizaine de personnes supplémentaires et atteindre le million d’euros de chiffre d’affaires. À plus long terme, il souhaite se développer sur le territoire national et plus largement en Europe, là où se trouvent les investisseurs.