Couverture du journal du 20/05/2022 Consulter le journal

Gironde : Eiffage sur la route bas carbone

Les ambitieux engagements pris par le groupe Eiffage pour réduire son empreinte carbone ont poussé sa filiale Route à développer une gamme de produits favorisant le recyclage et les composants renouvelables et biosourcés. Dans le Sud-Ouest, elle a créé au Haillan son propre laboratoire de techniques routières à froid, un lieu unique en France pour aller encore plus loin.

Groupe eiffage, recytal, léognan

© D. R.

« Un levier de performance intégré à sa stratégie de groupe. » C’est ainsi qu’Eiffage, un des leaders européens du BTP et des concessions autoroutières, conçoit la politique bas carbone qu’il met en œuvre depuis 2016. « Eiffage a pris des engagements très ambitieux par rapport aux autres entreprises de son secteur pour réduire son empreinte carbone et respecter les objectifs de réchauffement maximum évoqués lors de la COP21 », affirme Luc Normand, directeur commercial et du développement d’Eiffage Route Sud-Ouest, l’une des 5 directions régionales d’Eiffage Route, qui couvre les territoires Aquitaine, Poitou-Charentes Limousin et Loire-Atlantique. Les quatre branches d’activité du groupe, dont fait partie Eiffage Route (branche Infrastructures), sont ainsi mises à contribution, tant dans leur fonctionnement interne (avec par exemple l’utilisation de bio-carburant pour les véhicules de l’entreprise depuis 2021) qu’externe, avec des solutions et gammes de produits permettant de faire des économies de carbone, grâce à une diminution de la consommation d’énergie et de ressources.

Nous utilisons de plus en plus de matières renouvelables et biosourcées à la place du bitume issu du pétrole

Groupe eiffage, recytal, léognan

© D. R.

LIANT 100 % VÉGÉTAL

Les métiers de la route consistant à fabriquer des enrobés, un mélange de bitume et de graviers, la filiale Eiffage Route a identifié quatre leviers pour proposer des produits à l’empreinte carbone réduite. « Nous chauffons le moins possible l’enrobé, jusqu’à le travailler à froid ; nous transportons le moins possible de matériaux ; nous recyclons au maximum les matériaux de la route en place ; et nous utilisons de plus en plus de matières renouvelables et biosourcées à la place du bitume issu du pétrole », détaille Luc Normand. C’est sur ce dernier point qu’Eiffage Route se différencie le plus de ses principaux concurrents (les géants Vinci et Bouygues), avec un liant 100 % végétal inédit : le Recytal®. Cette « poix de tall oil », qui provient de la fabrication de papier kraft, possède « un très bon bilan carbone, puisqu’on tient compte de la durée de vie des pins permettant de la produire. Une tonne de poix de tall oil utilisée crédite ainsi 1,4 tonne de CO2 », précise le directeur commercial.

 

« ENROBÉ RÉGÉNÉRÉ »

 

Quatre nouveaux produits utilisant ce liant végétal ont été développés par le laboratoire central de R&D d’Eiffage Route à Corbas, dans la métropole lyonnaise. « Recytal-ARM® », qui est mélangé à l’enrobé 100 % recyclé de la route existante pour obtenir un « enrobé régénéré » directement réappliqué. Économique, adapté aux routes plutôt rectilignes (le recyclage de la route en place nécessitant un long train de véhicules), au trafic plutôt faible ou moyen (jusqu’à 700 poids lourds par jour) et sans aucun obstacle (comme des plaques d’égout en fonte), Recytal-ARM® a déjà été utilisé en Gironde pour rénover la D670 à Saint-Jean-de-Blaignac et la D3 à Lanton. « Biophalt® », ensuite, enrobé à tiède réutilisant au moins 30 % de la route en place mélangée au liant végétal, et qui présente quant à lui une très bonne résistance adaptée à tous les trafics, y compris autoroutiers, utilisé pour la première fois à Cenon, en décembre 2021, pour le parking d’un supermarché. Ou encore « Bioklair® », enrobé à chaud de couleur claire (issu de cailloux de carrières locales), perméable, dédié aux mobilités douces telles que les pistes cyclables, utilisé pour refaire la cour de l’école maternelle Cérillan à Saint-Médard-en-Jalles, mais également la place piétonne Meller au Pyla-sur-Mer.

 

INVESTISSEMENT DE 370 000 EUROS

Tout premier enrobé végétal à froid 100 % recyclé, le « Recytal-Biocold® », quant à lui, permet de refaire des routes sinueuses à moyen ou faible trafic, présentant des obstacles, puisqu’une fois le bitume de la route récupéré et concassé, il est emporté dans une usine d’enrobé pour être mélangé au liant végétal, puis rapporté ultérieurement pour être appliqué lorsque la météo le permet (entre avril et octobre). Expérimenté sur une piste cyclable et sur une route (chemin de Gazin) à Léognan, ce procédé à froid est « une technique qui a toujours été utilisée dans le Sud-Ouest, avec une demande locale qui a toujours existé », affirme Benoît Poychicot, directeur technique régional d’Eiffage Route. En effet, « le climat s’y prête et il y a des habitudes locales qui nous ont poussé à nous équiper », confirme Jérémy Thomas, expert chimiste des enrobés à froid. Car contrairement aux enrobés à chaud qui relèvent de la thermique, les enrobés à froid, eux, relèvent de la chimie. Leur très bon bilan carbone a terminé de convaincre la direction régionale d’Eiffage Route, située à Pessac, qui a créé son propre laboratoire de techniques routières à froid, inauguré au Haillan en octobre 2021. Pour un investissement de 370 000 euros et deux emplois à plein temps, Eiffage Route Sud-Ouest dispose d’un lieu de 90 m2 unique en France, où chaque formule d’enrobé à froid est mise au point puis testée.

Ce laboratoire est comme une mini-usine qui nous permet de faire les études de formulation des émulsions

FORMULE SUR-MESURE

« Ce laboratoire est comme une mini-usine qui nous permet de faire les études de formulation des émulsions, et en particulier de sélectionner les bons tensio-actifs qui vont permettre au bitume et à l’eau non-miscibles) de se mélanger », précise Jérémy Thomas, responsable technique régional, qui dirige le laboratoire. Chaque chantier nécessite en effet une formule sur-mesure, fonction des ingrédients présents sur place : type de cailloux, liant et tensio-actifs ; mais également du mode d’application de l’enrobé. Toutes les étapes sont ainsi reproduites au sein du labo : formulation, test du mélange, simulation du compactage, puis test de la résistance à l’air et à l’eau, « étape qui valide toute la formulation de la chimie », note Jérémy Thomas. « Nous faisons ensuite du contrôle de réalisation in situ sur les chantiers et pouvons corriger directement au labo si nécessaire. Cela nous permet d’avoir une importante réactivité, c’est une grande force locale », affirme le chimiste, qui précise qu’une fois la recette mise au point, elle est transmise aux industriels qui vont produire l’enrobé à plus grande échelle.

75 % DES CLIENTS D’EIFFAGE ROUTE SUD-OUEST SONT DES COLLECTIVITÉS LOCALES

Le laboratoire permet également à Eiffage Route Sud-Ouest de former « les exploitants » qui appliquent ses enrobés à froid, composés de ses équipes mais également d’industriels à qui elle vend ses produits ou encore de services techniques de collectivités locales, dont nombreuses ont des équipes dédiées à l’entretien des routes, et qui représentent 75 % de sa clientèle dans le Sud-Ouest.

MOINS DE 1 % DES PRODUITS VENDUS

Labellisés CIRR (Comité innovation route et rue) par l’État, ce qui a permis à Eiffage Route de tester ces enrobés sur des routes sans mise en concurrence, les produits de la gamme végétale d’Eiffage Route constituent moins de 5 % de ses réalisations, quand les enrobés à froid, « un peu moins résistants que l’enrobé classique », admet Benoît Poychicot, ne représentent pour l’instant que 1 % des produits vendus dans la région. Et même si la première route utilisant ce procédé a été inaugurée il y a 6 ans dans le Jura, département enregistrant de fortes variations de températures, où il a montré sa bonne tenue, « ce n’est pas encore démocratisé, nous en sommes aux prémices. Nous avons déjà des chantiers qui attestent de leur qualité dans toute la France, mais nous devons encore lever des freins pour rassurer les clients et faire changer les habitudes », poursuit le directeur technique régional. Quoiqu’il en soit, les équipes d’Eiffage Route Sud-Ouest « y croient dur comme fer. Nous sommes persuadés que le froid est une technique d’avenir. Avec le froid, le liant végétal, nous faisons changer les choses », estime Luc Normand. Le laboratoire à froid du Haillan est déjà en train de préparer ses prochaines innovations, avec une version à froid du produit Bioklair, dont la formule devrait faire l’objet d’un brevet en 2022. Un produit local et durable permettant de lutter contre les îlots de chaleur et le phénomène d’imperméabilisation des sols, des problématiques auxquelles font face de nombreux territoires, dont la métropole bordelaise…

UNE POLITIQUE BAS CARBONE VOLONTARISTE

« Nous consolidons la montée en puissance de nos métiers au cœur des territoires où nous sommes implantés, pour une croissance équilibrée, pérenne et décarbonée », assure en préambule de la présentation de l’entreprise Benoît de Ruffay, PDG d’Eiffage. Le groupe a ainsi pris des engagements de réduction de ses émissions de CO2 d’ici 2025 et 2030, en étant « exemplaire sur ses propres émissions de carbone », et devenant « acteur de l’économie bas carbone ». Une vision qui s’applique sur ses produits et procédés à travers une gamme Végétale destinée aux infrastructures de mobilité ; une gamme Aménagement du cadre de vie, dédiée au bien-être des citoyens ; une gamme Routière performance visant à « améliorer la sécurité, le confort et la durabilité des infrastructure routières ; et enfin une gamme Diagnostic/services du patrimoine routier.

LE GROUPE EIFFAGE EN BREF

Les premières sociétés qui composent le groupe Eiffage datent de 1844.

Eiffage est le troisième groupe français de BTP et concessions.

Son chiffre d’affaires 2018 s’élève à 18,1 milliards d’euros dans le monde.

72 500 collaborateurs travaillaient dans le groupe en 2019.

Plus de 100 000 chantiers ont été réalisés par Eiffage en 2019.

80 % des salariés sont présents au capital dont ils détiennent près de 20 %.

Le groupe est divisé en 4 branches : Infrastructures (6,4 milliards d’euros de CA), Énergie Systèmes (4,5 milliards), Construction (4,3 milliards) et Concessions (3 milliards).

Eiffage Route (filiale Infrastructures) pèse environ 2 milliards d’euros de CA et 11 800 collaborateurs.

Elle dispose de 5 directions régionales et son siège social se situe à Vélizy (Île-de-France).

La direction régionale Sud-Ouest, dont le siège se trouve à Pessac, couvre les régions Aquitaine, Pays de la Loire et Poitou-Charentes Limousin.

Ses 1 500 collaborateurs réalisent environ 2 500 chantiers chaque année sur ce territoire.