Couverture du journal du 05/08/2022 Consulter le journal

JL&P, champion girondin de la croissance

Son développement soutenu lui a permis d’entrer dans le top 10 des entreprises françaises en croissance et de tenir la première place en Nouvelle-Aquitaine. Rencontre avec Jonathan Leroy, fondateur de JL&P, parti d’une entreprise spécialisée dans la conversion des stations-service, désormais à la tête d’un petit groupe de 4 sociétés qui emploie une cinquantaine de personnes aux quatre coins de la France.

Jonathan Leroy, JL&P

Jonathan Leroy, fondateur de JL&P ©DR

Elle se classe à la première place en région Nouvelle-Aquitaine et à la 10e place des entreprises françaises en plus forte croissance selon le palmarès 2022 du journal Les Échos publié en février. Et au 73e rang européen selon le classement du Financial Times de mars. Qui est donc JL&P, entreprise girondine qui a enregistré une croissance annuelle moyenne de 156,5 % entre 2017 et 2020, et devrait terminer 2022 sur une nouvelle hausse d’activité ?

JL&P Engineering change les stations-service en « stations multi-énergétiques » : de recharge pour véhicules. Un secteur en pleine ébullition

Fondée par Jonathan Leroy, qui reconnaît « être heureux d’avoir réussi à faire cela depuis Bordeaux », JL&P (pour Jonathan Leroy and Partners) commence en 2017 sous la forme d’un bureau d’études en ingénierie, et s’affirme aujourd’hui comme un groupe composé de 4 sociétés dont le chiffre d’affaires consolidé a avoisiné les 5 millions d’euros en 2021. Après des études en apprentissage qui l’ont mené d’EADS (Airbus Group) à Orange, en passant par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA), puis 7 ans d’expérience chez Total, dans le secteur de la mobilité et de l’énergie, Jonathan Leroy « sent dès 2015 un virage, une transition en cours dans ce secteur », confie-t-il. Animé par « l’envie, l’enthousiasme, l’énergie et la détermination », le jeune ingénieur bordelais, qui a également été pompier volontaire pendant 5 ans, crée d’abord JL&P Engineering, qui se spécialise dans la conversion des infrastructures de distribution d’énergie. « Un segment de niche », note le dirigeant de 36 ans.

JL&P a enregistré une croissance annuelle moyenne de 156,5 % entre 2017 et 2020

JL&P, Bordeaux

Les 4 sociétés qui composent JL&P ainsi que la holding de tête emploient 45 personnes ©DR

CLÉ EN MAIN

Concrètement, JL&P Engineering change les stations-service en « stations-énergie » : « des hubs multi-énergétiques de recharge pour les véhicules électriques, GNV (gaz naturel véhicule), hydrogène », détaille Jonathan Leroy. Sa trentaine d’ingénieurs propose ainsi l’assistance à la maîtrise d’ouvrage (AMOA) et la maîtrise d’œuvre d’exécution (MOE) aux grands énergéticiens. « Nous faisons les études, les plans d’architecte, la dépose de permis si nécessaire, nous trouvons les entreprises pour la réalisation, et nous faisons le suivi de chantier, jusqu’à la livraison clé en main des ouvrages », décrit le chef d’entreprise, qui installe également des panneaux photovoltaïques et maîtrise la réglementation complexe des ICPE (Installations classées protection de l’environnement), aussi bien pour les installations grand public que pour les hôpitaux, les ports, les aérodromes ou les transporteurs routiers. « Nous apportons l’agilité aux très grands comptes, tandis qu’eux nous apportent une puissance qui nous a permis d’aller très vite dans notre développement », résume Jonathan Leroy.

TRAVAIL COLOSSAL

Avec environ 11 000 stations en France, l’interdiction des voitures thermiques en Europe et l’objectif d’un million de véhicules au GNV (contre 300 000 aujourd’hui) à l’horizon 2035, « le secteur des infrastructures est en ébullition. Il y a un travail de déploiement de la borne électrique colossal, avec seulement 44 bornes pour 100 000 habitants actuellement en France », remarque le dirigeant, qui rappelle l’objectif européen d’une borne ultrarapide tous les 60 km sur les principaux axes autoroutiers d’ici 2025 et sur les axes secondaires d’ici 2030. L’intensification de cette activité, qui a offert à l’entreprise une croissance organique soutenue entre 2017 et aujourd’hui, lui a également imposé la nécessité de construire des bâtiments tels que des ERP (Établissements recevant du public) avec boutique, restauration, sanitaires… pour les aires d’autoroutes. « Nos clients nous demandant du clé en main sur l’ensemble de l’infrastructure, j’ai ressenti le besoin d’internaliser cette activité », se remémore Jonathan Leroy, qui décide en 2019 de créer une seconde société, JL&P Architecture, avec 3 associés architectes : Pier Paolo Bonandrini, François Crozet et Thierry Calmé. Ce cabinet d’architecture, dont les projets vont de 100 à 10 000 m2 et de 100 000 à 20 millions d’euros, œuvre aussi bien dans le secteur industriel, tertiaire, commercial, résidentiel (logements collectifs et maisons individuelles), que dans l’architecture d’intérieur ou la rénovation. Elle aussi très dynamique, JL&P Architecture emploie 7 personnes à Bordeaux et Versailles et représente 25 % de l’activité du groupe.

La 3e société du groupe JL&P est un cabinet de recrutement : Human First RH, « car la clé de tout cela, c’est l’humain »

JL&P

Construction du siège social et de l’usine 4.0 de JPB par Pier Paolo Bonandrini, architecte associé JL&P Architecture © D.R.

SAVOIR-ÊTRE

Pour absorber la croissance de ses deux structures, qui ont pesé 3,5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021, Jonathan Leroy recrute continuellement. C’est ainsi qu’il rencontre Anna Elbaz, spécialiste des ressources humaines, qu’il embauche, puis à qui il propose de créer un cabinet de recrutement. La troisième société du groupe JL&P, Human First RH, naît en 2021. « Le recrutement est un sujet qui me plaît, car c’est difficile : il y a peu de candidats et beaucoup de recruteurs », relève Jonathan Leroy, dont l’idée est de remettre l’humain au cœur de la démarche. « Nous voulons aborder les choses différemment, en nous concentrant sur les profils des candidats et sur celui des patrons. Nous les rencontrons, passons du temps avec eux pour comprendre leur fonctionnement. Nous centrons le recrutement sur le savoir-être et le réhumanisons ». Spécialisé dans le secteur tertiaire, l’énergie et la construction, le cabinet, qui représente désormais 5 % de l’activité du groupe, emploie 4 personnes et s’adresse aussi bien aux TPE-PME qu’aux grands groupes. « Mais c’est aussi un outil pour JL&P, qui est son premier client », indique le dirigeant.

VALEURS COMMUNES

C’est enfin avec une opération de croissance externe réalisée en 2021 que Jonathan Leroy complète son groupe chapeauté par la holding JL&P. Une nouvelle fois, c’est une rencontre qui est à l’origine de ce développement. Michel Delage, sur le point de prendre sa retraite, propose à l’entrepreneur de reprendre son cabinet. « Je crois beaucoup au lien intergénérationnel et à la transmission », remarque Jonathan Leroy, qui rachète le cabinet Ciel, spécialisé depuis une vingtaine d’années dans la gestion de l’eau et l’environnement, et dispose de bureaux à Lyon et Fréjus. « Cela nous permet de proposer un package encore plus complet à nos clients, qui inclut la gestion de l’eau (potable, pluviale, usée, industrielle…) », se félicite-t-il. Parti du monde de l’énergie, qui reste sa locomotive en termes de croissance et de volume d’affaires, JL&P a ainsi internalisé et verticalisé les compétences dans des secteurs connexes. « Il y a des valeurs communes à tout cela. L’énergie, les transports, la construction, l’eau sont des secteurs importants, qui couvrent des besoins primaires, universels, que nous devons repenser, en lien avec la réduction de notre impact carbone et la raréfaction des ressources », observe Jonathan Leroy.

« TOUT EST POSSIBLE »

Et si JL&P a également souhaité intégrer la partie RH, c’est « parce qu’on s’est rendu compte que la clé de tout cela était l’humain. Mon rôle d’entrepreneur consiste à identifier les talents et à les lier ensemble », considère le dirigeant, qui avait inclut dans le nom de son entreprise la notion de « partenaires » (le P de JL&P) avant même de les rencontrer. Revendiquant très peu de turn-over dans ses sociétés, « ce qui est un indicateur très important pour moi, tant du point de vue des salariés que des clients », Jonathan Leroy vient d’acquérir à Floirac une demeure du XIXe siècle, au cœur d’un parc arboré classé refuge pour la protection des oiseaux, qui deviendra bientôt le siège du groupe. « Nous voulons innover dans la relation au travail, proposer un cadre où on se sent bien », assure-t-il. S’il ne s’est pas fixé d’objectifs précis de croissance pour les années à venir, et souhaite prendre un peu de temps « pour consolider les bases actuelles », Jonathan Leroy ne s’interdit rien.

« Notre évolution sera liée à ce que je vais sentir au jour le jour, aux rencontres que je ferai. Si les choses ont du sens pour moi et que ça matche humainement, alors tout est possible ! », lance l’entrepreneur.

JL&P EN CHIFFRES

Date de création : 2017

1 holding et 4 filiales

4 bureaux : Bordeaux (siège), Versailles, Lyon, Fréjus

Employés : 45 (objectif 60 à 70 en 2024)

CA consolidé groupe 2021 : 5 millions d’euros

50 % de l’activité issue de JL&P Engineering 25 % pour JL&P Architecture

15 % pour le Cabinet Ciel 5 % pour Human First RH

Croissance annuelle moyenne 2017-2020 : + 156,5 %

 

JONATHAN LEROY : PARCOURS

Jonathan Leroy, JL&P

Jonathan Leroy, fondateur de JL&P © DR

Issu « d’un milieu social simple », membre d’une fratrie de 4 garçons, Jonathan Leroy a grandi avec la SARL Leroy. « Mes parents dirigeaient une toute petite entreprise dans le secteur de la sylviculture manuelle, puis de la biomasse-énergie : vente de bois de chauffage, granulés, bûches densifiées… », confie-t-il. Après avoir hésité avec une carrière de sapeur-pompier professionnel, il choisit de faire des études, qu’il mène en tant que boursier par la voie de l’apprentissage. Chez EADS (Airbus Group) et au CEA durant ses études d’ingénieur à l’École nationale supérieure de chimie et de physique de Bordeaux, puis chez Orange pendant son MBA de management à l’Essec Business School de Paris. Il travaille ensuite 7 ans chez Total, dans le secteur de la mobilité et de l’énergie, cumulant une dizaine d’années d’expérience dans des grands groupes. « Cela m’a permis de pouvoir comparer le fonctionnement des très petites entreprises et des très grands groupes : les unes n’ont pas d’outils, mais beaucoup d’énergie humaine ; les autres ont beaucoup de process mais peuvent parfois perdre en agilité. Les deux peuvent se compléter pour avancer ensemble », analyse Jonathan Leroy. De retour à Bordeaux en 2017, il met à profit son expérience pour créer son entreprise, JL&P, qui figure en 2022 dans le top 10 des entreprises françaises en croissance.