Couverture du journal du 26/11/2021 Consulter le journal

L’après-Covid : délocalisation ou relocalisation ?

Relocaliser les entreprises semble être devenu le mot d’ordre des politiques économiques. Cependant, si un espoir apparaît dans l’industrie, il n’en va pas de même du côté des services… Éclairage.

Covid

© Shutterstock

Les années 1990 auront définitivement installé le mot délocalisation dans l’espace médiatique. Il est vrai qu’entre Grundig, Hoover, Moulinex, Whirpool et tout récemment Technicolor, les départs d’entreprises vers d’autres pays se sont multipliés, en particulier, dans le cas français, vers les pays de l’Est, la Tunisie, le Maroc, la Roumanie et la Chine. La crise actuelle liée à la covid-19 est-elle en mesure d’inverser durablement la tendance, d’autant que les politiques semblent appeler de leurs vœux un mouvement de relocalisation ?

LES TROIS TEMPS DE LA MONDIALISATION

La mondialisation qui a commencé au début des années 1980 est totalement inédite dans l’histoire, en raison de l’intensité de son aspect financier et des possibilités offertes par les technologies de l’information et de la communication. En quatre décennies, cette mondialisation aura connu trois temps principaux, et il est souhaitable que la crise de la covid-19 lui donne un nouveau tempo pour une meilleure prise en compte des dimensions sociales et sociétales.

Tout d’abord, une internationalisation des échanges avec l’essor des exportations, qui correspond peu ou prou à la « mondialisation heureuse » d’Alain Minc. Elle se caractérisait par la possibilité de consommer des produits peu chers en provenance du monde entier (mais quid de la qualité ?), tandis que les entreprises nationales trouvaient de nouveaux débouchés pour leurs produits, d’où une hausse de la croissance. Mais très vite, cette transnationalisation a laissé sa place au développement des investissements à l’étranger, qui ont fini par conduire à des délocalisations, c’est-à-dire des transferts d’activité d’une entreprise d’un pays vers un autre pays, sans que change la destination des biens produits.

Dès 1993, le groupe de travail sénatorial présidé par Jean Arthuis rendait d’ailleurs, avec un ton alarmiste, des conclusions parfois sujettes à caution sur « les incidences économiques et fiscales des délocalisations hors du territoire national des entreprises industrielles et de services ». Enfin, un troisième temps de la mondialisation commence avec les années 2000, à la faveur du développement des réseaux informatiques et financiers, qui permettent une segmentation de la chaîne de valeur dans le monde entier. Ainsi, a-t-on vu de grandes entreprises comme Alcatel abandonner des segments de la chaîne de valeur qui rapportent peu de  marge  et se concentrer sur ceux à haute valeur ajoutée, alors même que les géants de l’électronique en Corée du Sud (Samsung, LG, etc.) conservaient leurs usines à proximité du siège social.

DÉLOCALISATION DES SERVICES ET RELOCALISATION DE L’INDUSTRIE

La crise liée à la covid-19 aura eu le mérite de mettre en lumière les failles d’une telle division mondiale du processus productif, tant en matière d’approvisionnement (médicaments, métaux rares…) que de souveraineté. Les gouvernements se sont alors engagés plus avant dans des politiques de relocalisation, à grand renfort de communication et de fonds publics. En France, le plan de relance de 100 milliards d’euros prévoit ainsi 1 milliard d’euros pour inciter les entreprises à relocaliser, notamment au travers des « appels à projets de (re) localisation ». Il est vrai que la robotisation croissante dans les pays développés, la hausse des coûts de transport, l’augmentation continue des coûts d’approvisionnement et des coûts salariaux unitaires dans les pays émergents, le tout sur fond d’exigences de qualité/ sécurité de la part des consommateurs, plaident pour un tel rapprochement géographique avec les consommateurs, enclenché depuis quelques années déjà dans l’industrie.

IL SERAIT ILLUSOIRE DE CROIRE QUE TOUS LES SEGMENTS PEUVENT ÊTRE RELOCALISÉS

Mais il serait illusoire de croire que tous les segments peuvent être relocalisés, ne serait ce qu’en raison de la disparition de certaines compétences et de la persistance de différences de coûts salariaux unitaires, parfois importants. Ainsi, outre que ce phénomène n’est pas encore massif et ne s’accompagne pas de créations importantes d’emplois, il ne concerne en tout état de cause pas les services. Bien au contraire, ces derniers, qui représentent l’essentiel des emplois dans de nombreux pays, sont devenus délocalisables ! Qu’il suffise de penser aux fonctions de back office des banques (comptabilité, informatique…). Et l’usage important des moyens de communication numérique, depuis le premier confinement, pousse, qu’on le veuille ou non, à la roue, d’autant que les services ne sont pas sensibles aux restrictions commerciales…

En définitive, seule une politique stratégique englobant industrie et services serait à même d’enclencher un véritable mouvement de relocalisation. Mais à quel prix pour le consommateur ?