Couverture du journal du 21/06/2024 Le nouveau magazine

Mérignac : le Rafale Marine de Dassault choisi par l’Inde

Le gouvernement indien a sélectionné l'avion de combat du constructeur aéronautique Dassault.

Rafale Marine, Dassault, Aviation, Inde

Le Rafale Marine de Dassault Aviation © Dassault Aviation

L’usine girondine de l’avionneur français – qui emploie environ 3000 salariés sur place – devra-t-elle encore augmenter ses cadences de production ? Dassault Aviation (12 700 salariés, 6,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2022) a annoncé que son Rafale Marine avait été sélectionné par le gouvernement indien pour équiper l’Indian Navy. Ces 26 avions de combat viendront à terme rejoindre les 36 Rafale déjà en service, « faisant ainsi de l’Inde le premier pays à faire le même choix militaire que la France en opérant les deux versions de l’avion », indique l’industriel français dans un communiqué. De quoi augmenter le carnet de commandes à la fin de l’année 2023.

Tensions sur la chaîne d’approvisionnement

Pour ce 1er semestre, Dassault Aviation a fait état de résultats en demi-teinte : l’avionneur a enregistré 12 prises de commande pour ses Falcon, aucune pour le Rafale. Au 30 juin 2023, le carnet de commandes s’établissait à 34,4 milliards d’euros, composé de 160 Rafale et 90 Falcon. « Le marché actuel des avions d’affaires (…) a commencé à ralentir au cours du dernier trimestre 2022, ralentissement qui s’est poursuivi au 1er semestre de cette année », a commenté Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation. À l’occasion de la présentation de ses résultats semestriels, Éric Trappier a également fait le point sur les tensions auxquelles le groupe est confronté sur sa chaîne d’approvisionnement. « La situation s’est encore dégradée par rapport à 2022. Nous nous efforçons d’en limiter les impacts négatifs en surveillant davantage la production de nos fournisseurs. Cette situation a une incidence sur le développement et la production de nos avions, à un moment où nous devons monter en puissance pour honorer nos engagements », a-t-il averti.