Couverture du journal du 21/06/2024 Le nouveau magazine

Néodio change de ton

Stéphane Even, fondateur de l’entreprise bordelaise Néodio, fabricant de matériel hifi haut de gamme, change de braquet. En 2023, la marque opère un repositionnement pour proposer du matériel à des prix plus abordables et mise sur la réparabilité.

Stephane Even, Néodio

Stephane Even © Néodio

« Je quitte le marché du très haut de gamme ». Une décision stratégique lourde de sens pour Stéphane Even, fondateur de l’entreprise bordelaise Néodio, fabricant de matériel hifi, spécialisée dans le haut de gamme depuis 2001. Pour cette année 2023, le dirigeant a décidé de revoir son positionnement afin de rendre sa marque plus accessible. « Il y a une tendance dans la hifi : c’est toujours plus cher, et on s’éloigne des classes moyennes », argumente-t-il. La solution : simplifier sa technologie. Plus de gadget, plus d’afficheur digital, plus de télécommande. « Ce sera à l’ancienne, avec les boutons, on se lève et on tourne. Mais cela me permet de baisser le prix », développe-t-il. Ainsi, le prix de son prochain amplificateur devrait osciller entre 4 000 et 4 500 euros, contre 19 000 euros pour sa dernière hifi en date, Origine B2. Il avait également vendu près de 3 000 exemplaires de son amplificateur précédent, Origine B1.

 En simplifiant mes produits, je ne serai plus dépendant de composants électroniques ou de puces qui peuvent disparaître demain. Donc je suis sûr qu’ils sont réparables.

« La hifi a été inventée par les classes moyennes, dans les années 60 tout le monde pouvait prétendre en avoir une correcte », détaille Stéphane Even qui observe depuis quelques années des produits de luxe arriver sur le marché, avec des enceintes allant de 100 000 à 200 000 euros. « On dilate complétement le marché et on blase les gens normaux de la hifi en leur disant que s’ils n’ont pas ces sommes-là, ils n’auront rien, ce qui est faux », analyse-t-il. C’est pourquoi il a choisi de revenir à des produits plus accessibles. « Je considère que ce qui compte réellement, c’est qualité du son et l’émotion que ça donne », insiste l’entrepreneur.

60 % DES SOUS-TRAITANTS EN GIRONDE

En simplifiant ses produits, le fondateur les rend plus abordables mais surtout plus durables. Avec ce retour à « l’ancienne », l’entreprise s’engage à garantir ses futurs produits, y compris l’électronique, durant dix ans. « En simplifiant le schéma, je ne serai plus dépendant de composants électroniques ou de puces qui peuvent disparaître demain. Donc je suis sûr que mon produit sera réparable », argumente Stéphane Even. Cet engagement pour rendre ses produits durables et réparables s’inscrit dans un programme plus large, baptisé le Blue Program. Il inclut aussi une promesse d’écoconception (notamment en supprimant toutes les fonctions gadget). Néodio a également misé sur une fabrication française. 60 % de ses sous-traitants sont basés en Gironde. La fabrication des cartes électronique et l’assemblage final sont réalisés par la société FEDD, basée en Dordogne. Enfin Néodio a supprimé le plastique de tous ses emballages. « On a développé, avec Smurfit Kappa, un emballage entièrement en kraft et en carton », ajoute le Bordelais. « Ça demande des efforts, de l’argent et de l’investissement, mais je suis persuadé que les gens sont sensibles à ça ».

OrigineB2 © Néodio

QUADRUPLER LE CHIFFRE D’AFFAIRES

Avec ce nouveau positionnement, Stéphane Even espère se distinguer et faire de Néodio la première marque de hifi française écoresponsable. Le nouvel amplificateur de Néodio devrait sortir aux alentours du mois de mai, et d’autres produits verront le jour ensuite. « Avec ces nouveaux produits, je compte bien quadrupler mon chiffre d’affaires dans les quatre ou cinq années qui viennent », se réjouit Stéphane Even.