Couverture du journal du 30/07/2021 Consulter le journal

Bien choisir son click and collect

Pour les petits commerçants, point de salut hors du click and collect ? Attention à bien choisir sa plateforme, dans l’offre qui prolifère aujourd’hui. Les conseils de Flavien Troubat, responsable usages numériques, commerce et tourisme de la CCI de Côte-d’Or.

click and collect

© Photo de Andrea Piacquadio provenant de Pexels

Aujourd’hui, les plateformes qui proposent aux petits commerçants de faire du click and collect prolifèrent. Comment se repérer et choisir celle qui convient ?

Les nombreuses plateformes de click and collect qui ont vu le jour dans l’urgence risquent de créer plus de confusion que de résultat. Il faut y regarder de près. Pour commencer, il existe souvent une confusion entre la vente à distance, où l’on paie en ligne, et le click and collect. Strictement dit, celui-ci prévoit que le client règle lorsqu’il a le produit en main. Ce n’est pas la même réglementation. À l’exception de certaines catégories de produits, comme l’alimentaire frais, le client qui achète en vente à distance dispose de 14 jours pour retourner le produit.

Deuxième point à vérifier, dans le cas de la vente à distance, le montant de la commission prélevé par la plateforme. Selon les conditions de vente, cela peut aller jusqu’à 12 % à 17 % de la transaction. Ensuite, même si l’État a référencé des opérateurs qui proposent des offres spéciales, dites sans engagement, il faut regarder avec attention les conditions qui entreront en vigueur après la fin de la période Covid. Dans tous les cas, il faut voir si la plateforme dispose de bons relais de communication. Concernant celles proposées et gérées par les collectivités, il convient de s’assurer que celles-ci mettront les ressources nécessaires pour les faire vivre, dans six mois ou deux ans. C’est la condition de leur pérennité. Et enfin, il faut s’assurer que la plateforme choisie fonctionne correctement, qu’elle soit simple d’utilisation, en réalisant un test utilisateur. En effet, si la clientèle locale n’adopte pas la plateforme, cela ne servira à rien !

Flavien TROUBAT, responsable usages numériques, commerce et tourisme de la CCI de la Côte-d’Or © D. R.

Faut-il nécessairement en passer par une plateforme, ou existe-t-il d’autres voies possibles ou préférables qui répondent à l’urgence et soient aussi pérennes ?

Dans une situation d’urgence, on peut choisir de faire du click and collect sur une plateforme locale, si celle-ci remplit les conditions d’efficacité. Mais de manière générale, il est préférable pour un commerçant de disposer de son propre site Internet. La priorité : disposer d’un catalogue des produits de la boutique accessible en ligne et de relais de communication. Aujourd’hui, en trois jours, il est possible de réaliser son propre site et de le mettre en ligne, avec un prestataire. En effet, dans la plupart des cas, il n’est pas nécessaire de réaliser des développements informatiques. Il suffit de remplir des cases avec des textes et des photos. On est dans une phase commerciale : la qualité du contenu est essentielle… Les fiches produits doivent être détaillées. Pas de photos pixellisées, ou mal cadrées… Il faut aussi donner toutes les informations utiles au client, comme le mode de livraison. On ne peut pas dire que cela soit coûteux. Pour moins de 30 euros par mois, il est possible d’avoir son propre site Internet, que l’on peut ensuite référencer et faire connaître via les réseaux sociaux. La publicité y est efficace, car elle permet de bien cibler la clientèle (homme/femme, tranche d’âge, périmètre géographique, durée…).

« LES NOMBREUSES PLATEFORMES QUI ONT VU LE JOUR DANS L’URGENCE RISQUENT DE CRÉER PLUS DE CONFUSION QUE DE RÉSULTAT »

Au-delà de l’urgence actuelle, c’est une vraie stratégie à mettre en place. Par exemple, un aspect est totalement absent des discours actuels, celui des bons indicateurs à surveiller, pour connaître la véritable efficacité de la démarche en ligne. Le chèque de 500 euros promis par le gouvernement permet de disposer d’un an d’abonnement à une solution numérique et d’un accompagnement consulaire. La durée est pertinente pour bien comprendre ce qui est utile à l’entreprise, sur le long terme.