Couverture du journal du 14/01/2022 Consulter le journal

DCF Bordeaux Gironde : opération séduction

L’association remettait la semaine dernière les DCF Awards qui récompensent la performance commerciale des entreprises régionales.

DCF AWARDS Gagnants

Les gagnants DCF AWARDS © D. R.

Décidément, les années 2020 et 2021 ont bousculé les habitudes. Les DCF Awards par exemple, ces trophées de la performance commerciale annulés (comme tant d’autres événements) en 2020 ont réservé une surprise en 2021. En plus des 4 catégories concourant habituellement (TPE/PME ; Entreprise de Taille Intermédiaire ; Start-up ; Entreprise Sociale et Solidaire), un 5e prix coup de cœur a été remis cette année. « On avait une entreprise qui se situait entre la start-up et la TPE/PME », remarque Patricia Gratas, présidente des DCF Bordeaux-Gironde. « Dans les deux catégories, elle arrivait en haut du panier. On a donc décidé, et c’est une première, de créer un joli prix coup de cœur et de ne pas pénaliser les autres. » Les entreprises en lice (une vingtaine cette année, un nombre de dossiers un peu en baisse) sont passées devant un jury composé de 5 membres DCF.

Les indicateurs (KPI’s) permettant de démontrer leur performance, les moyens investis et la mise en œuvre des leviers de l’intelligence commerciale ont été pris en compte par le jury pour évaluer les dossiers. « Ce concours apporte essentiellement de la visibilité, témoigne du dynamisme et de la performance commerciale », assure Patricia Gratas, « et donne la possibilité d’accéder au concours national, dont la remise de prix aura lieux en janvier. »

L’ENGAGEMENT DCF

Élue présidente en octobre dernier, Patricia Gratas a intégré les DCF (Dirigeants commerciaux de France) il y a 7 ans, tout d’abord en tant que membre spectateur, puis 2 ans plus tard, au Codir. D’abord à la commission Grands Comptes qui anime des petits déjeuners thématiques, elle intègre ensuite la commission Recrutement chargée de rencontrer de nouveaux membres potentiels. Pourquoi rentrer dans cette association ? Avant tout pour le partage d’expériences.

« On est dans la bienveillance, il n’y a pas de démarchage entre nous, on n’est pas là pour faire du business mais pour partager comment on le fait. J’ai été tour à tour chef de projet, commerciale, responsable commerciale puis directrice commerciale. J’ai un parcours autodidacte. Me retrouver avec les DCF m’a permis de m’entretenir avec mes pairs et de progresser grâce au parcours d’expérience », témoigne l’actuelle présidente. Ce réseau d’affaires rassemble en termes commerciaux comme en besoins connexes : avocats, experts-comptables. Des institutions sont aussi représentées.

Arnaud De Carli, Mecacyl et Sylvain Dubois, Actual

Arnaud De Carli, Mecacyl et Sylvain Dubois, Actual © D. R.

LES LAURÉATS DES DCF AWARDS

  • Pour la catégorie « ETI », le prix parrainé par la Caisse d’Épargne a été remis à l’entreprise KSB (Gironde) représentée par Annelise Brehin et Hélène Mayet.
  • Pour la catégorie « ESS », le prix parrainé par Malakoff Humanis a été remis à l’association les Liens du Cœur (Pessac) représentée par Yannick Jouenne.
  • Pour la catégorie « Start up », le prix parrainé par Orange a été remis à l’entreprise A-cloud (Bordeaux) représentée par Yohann Baas et Stéphane Demguilhem.
  • Pour la catégorie « TPE / PME », le prix parrainé par Actual a été remis à l’entreprise Mecacyl (Cestas) représentée par Arnaud De Carli.
  • Pour le prix coup de cœur « TPE / PME », le prix parrainé par DCF Aquitainea été remis à l’entreprise Novarea (Pau, Hossegor) représentée par Michel Lafitte et Elie Firah.

FAIBLE REPRÉSENTATION DES FEMMES

Créés en 1930, les DCF existent à Bordeaux depuis 1950 et comptent 85 membres. Patricia Gratas sourit lorsqu’on l’interroge sur la faible représentation de femmes (22 %) : « pour être DCF, il faut être manager commercial. On n’a pas la volonté d’avoir une exclu métier mais de représenter le tissu local. On est allé chercher du monde dans tous les pôles : industrie, services, écoles, institutions, retail, grande distribution. Or il se trouve que la majorité sont des hommes, on est donc représentatifs du tissu local. » En revanche, les âges sont très variés et vont « des retraités qui sont souvent des mentors » aux Graines de DCF qui sont encore à l’école. « On peut aussi être DCF Junior jusqu’à 30 ans, sans avoir de fonction managériale. On a donc un panel très représentatif ». Élue pour 2 ans, l’équipe est soudée derrière sa présidente avec un Codir très actif. « Les tâches sont partagées. » Le Codir est constitué de 2 vice-présidents et de 5 commissions : animation, recrutement, communication, école et université, développement économique. Ses membres sont PDG ou DG et sont issus de domaines aussi variés qu’un cabinet de recrutement, la remise en forme, l’hôtellerie, le conseil, le digital, le contrôle qualité ou encore la formation…

Les DCF Awards apportent essentiellement de la visibilité, témoignent du dynamisme et de la performance commerciale

LES RENDEZ-VOUS

Comme toute association dynamique, l’agenda des DCF est bien rempli. Le rendez-vous incontournable est le déjeuner statutaire : obligatoire et mensuel ! « Les autres sont plus flottants », concède la présidente. Des after work festifs, petits déjeuners Grands Comptes trimestriels ou experts, les trophées DCF Awards et la DCF Academy avec des contenus thématiques : « On trouve un acteur régional ou national sur cette thématique, ça commence par une table ronde puis une conférence ouverte à tous les réseaux. Ça marche très bien, la 1re DCF Academy a réuni 400 personnes », précise-t-elle. D’autres événements nationaux attirent beaucoup de monde tels que le Congrès national qui aura prochainement lieu en juin à Clermont-Ferrand « après de nombreux reports ! » Il y a également les Universités DCF, qui rassemblent les présidents des clubs locaux (75 environ) où l’on aborde les rendez-vous phares, la vocation des DCF, la fédération, ainsi que des infos sur les choses descendantes. « Depuis le Covid, on a une visio par mois en matière commerciale, sur la prospective, le recrutement, la manière de manager… On est regroupés en tant que présidents, d’abord pour nous donner la température, pour nous informer des différentes voies à prendre, et des grands événements. On a des outils : un CRM national, un site Internet, des communiqués de presse », détaille la nouvelle présidente.

 

UNE PRÉSIDENTE AU PARCOURS COMMERCIAL

Patricia Gratas, Présidente des DCF Bordeaux-Gironde

Patricia Gratas, Présidente des DCF Bordeaux-Gironde © Atelier Gallien – Echos Judiciaires Girondins

Patricia Gratas a été la directrice commerciale du groupe Arom pendant 15 ans, tout en donnant des cours de formation commerciale et événementielle dans différentes écoles. Oxycom est né en 2016 de sa rencontre avec son associé, Michael Gimenez, lui-même issu des filières événementielle et médico-sociale. La société se déploie en effet sur 2 thématiques principales : l’accompagnement commercial et la formation. La partie formation, est essentiellement dispensée sur le terrain, à des clients historiques tels que BSA (sécurité événementielle) Greenspot (bornes de recharge de voitures électriques), la Blanchisserie Girondine ou encore des hôtels restaurants. « On a aujourd’hui des clients plus variés tels que des organismes de formation, une entreprise de pilotage et Dinabuy, un réseau de dirigeants », rajoute Patricia Gratas.