Couverture du journal du 12/08/2022 Consulter le journal

Feed Manager et le magasin du futur

Spécialiste du marketing digital pour le secteur de l'e-commerce, l’entreprise bordelaise Feed Manager prévoit une vingtaine de recrutements en 2022 pour travailler à l’émergence du magasin de demain. Sa dirigeante, Laëtitia Muré, souhaite mettre son expertise et sa vision au service des entreprises du territoire.

Laetita Muré Feed Manager

Laetita Muré, Directrice générale de Feed Manager depuis 2021, Elle a passé 10 ans à la régie publicitaire du journal Sud Ouest. © Emilie Coudoin

Avec une croissance de 35 % par an et une vingtaine d’embauches supplémentaires chaque année, l’activité de Feed Manager explose depuis 2 ans. Fondé à Bordeaux en 2011 par Maxime Doreau, dirigé par Laëtitia Muré, qui a intégré l’entreprise en 2016 après son rachat par Labelium (dont Maxime Doreau a pris la direction), Feed Manager est spécialisé dans la structuration des données digitales des entreprises, en particulier celles de leurs catalogues produits.

« Notre travail est de rendre compatibles ces données, de les formater pour qu’elles puissent aller sur les moteurs, les agrégateurs de flux, les marketplaces telles saisons, des pays, des meilleures ventes… Nous automatisons et rendons ainsi plus rentables les campagnes publicitaires. Tout cela grâce au digital », affirme Laëtitia Muré. Pour accompagner sa croissance, Feed Manager, qui compte déjà une cinquantaine de salariés, prévoit encore une vingtaine de recrutements à Bordeaux en 2022.

« Notre développement passera par les talents. Nous avons des difficultés de recrutement dans le secteur digital, car les besoins sont importants. Heureusement, nous savons former », assure la dirigeante. Le groupe permet également à ses salariés de travailler depuis n’importe laquelle de ses antennes, à Bordeaux, Paris, Lyon, Vienne ou même Sydney.

Notre développement passera par les talents

NOUVEAUX COMPORTEMENTS D’ACHAT

Si la crise sanitaire a été un facteur de croissance pour Feed Manager, en constituant un important accélérateur de la transformation digitale dans le secteur du commerce, l’entreprise a surtout été portée par l’évolution rapide des comportements d’achat des utilisateurs ces dernières années. « Les grandes marques veulent désormais être présentes sur les marketplaces, et celles dont le modèle était uniquement B2B, comme les marques qu’Amazon, ManoMano, Cdiscount ou La Redoute. Et ensuite de faire vivre ce catalogue en fonction des d’électroménager qui vendaient à des distributeurs, ont été poussées à s’orienter vers la vente en ligne au consommateur », analyse Laëtitia Muré. « Or, ce n’est pas le même métier, pas la même logistique, pas la même organisation. Notre rôle est de les accompagner dans cette transformation », poursuit-elle.

Le magasin de demain sera un espace de visualisation et d’essayage, sans stock

L’activité de Feed Manager repose ainsi sur 3 piliers : le feed management (la structuration des données), les médias digitaux (la gestion des campagnes publicitaires) et le retail / e-retail, autrement dit l’accompagnement des marques vers les places de marché, mais aussi dans une réflexion sur la seconde main, la location ou le prêt de produits… « De nouvelles façons de consommer et de vendre », imposées par « le consommateur et sa demande de changement », qui préfigurent selon la dirigeante la boutique du futur.

« C’est ma conviction : le magasin de demain sera un espace de visualisation et d’essayage, sans stock. On viendra y voir le produit, le commander puis on sera livré à la maison », anticipe Laëtitia Muré. Avec de nombreux avantages selon elle : « des livraisons faites dans des hubs, avec le dernier kilomètre assuré par du non-polluant, en conséquence un désengorgement des villes, moins de surproduction, moins de stocks, plus d’espaces pour vivre »… Tout cela grâce à du « web intelligent », que la dirigeante a bien l’intention de diffuser en Nouvelle-Aquitaine.

Feed Manager travaille pour 150 clients dans le monde mais s’estime « peu visible » au niveau local

Car si Feed Manager travaille déjà pour environ 150 clients, présents au niveau national et international, de la Corée du Sud aux États-Unis en passant par l’Europe, l’Australie et la Russie, l’entreprise s’estime « trop peu visible » au niveau local.

« Il y a de superbes entreprises ici, en Nouvelle-Aquitaine, je voudrais que l’on puisse leur apporter nos services et cette vision. Il y a du potentiel dans de nombreux domaines, notamment le monde du vin, les cosmétiques, l’ameublement, l’agroalimentaire, le bricolage… Nous travaillons par exemple avec Ladurée, peut-être qu’on pourrait travailler avec Baillardran ! », s’enthousiasme Laëtitia Muré.

LABELIUM, « LA FORCE DU GROUPE »

Racheté en 2016 par Labelium, dont Maxime Doreau a pris la tête, Feed Manager a rejoint un groupe « qui travaille sur toute la chaîne de valeur du digital », explique Laëtitia Muré, directrice générale de la filiale. Stratégie, datas, programmatique, vidéo, social, flux… les 10 entreprises du groupe collaborent pour offrir « un accompagnement et une expertise complète, avec un seul interlocuteur : un programme manager référent qui coordonne l’ensemble », précise-t-elle, en fonction de l’expertise principale recherchée ou de la géographie, Labelium possédant des bureaux à Paris, Lyon et Bordeaux. « Feed Manager sait structurer la donnée pour l’envoyer sur une marketplace. Une autre filiale peut dire avec quel logisticien travailler pour envoyer les colis, répondre aux avis, gérer le SAV… Nous sommes en capacité d’apporter un conseil global. C’est la force du groupe », conclut Laëtitia Muré.

FEED MANAGER EN CHIFFRES

Date de création : 2010

Rachat par le groupe Labelium : 2016

CA : N. C.

Croissance : 35 % chaque année depuis 2 ans

Salariés : 51 (20 recrutements prévus en 2022)

Clients : 150 (France et international)