Couverture du journal du 02/12/2022 Consulter le journal

La Ruche : Place à la jeunesse !

Réseau national d’incubateur dédié à l’innovation sociale et environnementale, La Ruche accompagne aussi des jeunes dans l’entrepreneuriat. Rencontre avec Nathalie Leroux, directrice de la structure à Bordeaux.

Nathalie Leroux, La Ruche, Bordeaux

Nathalie Leroux, directrice de La Ruche Bordeaux © D. R.

Nous, dans nos valeurs, ce qui est important, c’est vraiment d’accompagner la création d’entreprise vers une économie, une société plus juste et inclusive. » Nathalie Leroux est la directrice de l’incubateur La Ruche à Bordeaux. Le but : développer des parcours d’accompagnement à la création d’entreprise pour toute personne qui souhaite entreprendre de manière durable et responsable, de l’idée jusqu’à la levée de fonds. Parmi ses entrepreneurs, La Ruche accompagne environ 20 % de jeunes (18-29 ans) sur l’ensemble de ses parcours.

Il est nécessaire de tendre la main aux jeunes et de leur montrer que l’entrepreneuriat est une voie viable d’insertion

« Il est nécessaire de leur tendre la main et de leur montrer que l’entrepreneuriat est une voie viable d’insertion socioprofessionnelle, que ce soit pour développer le réseau, leurs compétences ou bien leurs entreprises », argumente la directrice.

DES FREINS À L’ENTREPRENEURIAT CHEZ LES JEUNES

Le manque de légitimité est, selon Nathalie Leroux, un des principaux freins à l’entrepreneuriat chez les jeunes : « Il y a surtout le manque d’expérience, qu’ils peuvent considérer ne pas avoir, parce qu’ils n’ont pas eu des années dans des entreprises et qu’on pourrait penser qu’il faut maîtriser un certain nombre de sujets pour oser entreprendre ». La directrice révèle également que les jeunes qui osent entreprendre se retrouvent souvent confrontés à des jugements énoncés par le monde extérieur : « Que ce soient des banquiers, des potentiels partenaires, ils jugent très vite sur leurs âges ou leurs postures, vont les questionner dessus, alors qu’ils ont tout à fait la bonne posture, les compétences et surtout les bonnes idées ».

DES PROGRAMMES DÉDIÉS

Pour remédier à ces freins, La Ruche accompagne ces jeunes au travers de plusieurs programmes qui leur sont dédiés. Des programmes qui mêlent accompagnement individuel et collectif : pour développer les compétences autour de bons réflexes à avoir en comptabilité, comment se protéger juridiquement, travailler sa posture entrepreneuriale, son leadership ou encore la prise de parole en public.

« On a deux autres rubriques d’accompagnement, qui sont le réseau qu’on leur met à disposition, ou encore le coworking qui reste une offre d’accompagnement assez importante, puisque ça permet de sortir de l’isolement, de se légitimer en tant que porteur de projet », ajoute Nathalie Leroux.

DES JEUNES AGILES ET INNOVANTS

« Ce que j’admire chez les jeunes, c’est que quelque part, parce qu’ils n’ont pas encore des expériences professionnelles dans des groupes, ils ont une forme d’innovation, une créativité, et un culot qu’on retrouve moins sur des publics un peu plus âgés. » Nathalie Leroux observe que la facilité à sortir de sa zone de confort, être plus agile et innovant, sont des traits de caractère qu’elle retrouve souvent chez les jeunes entrepreneurs. La directrice souhaite voir l’entrepreneuriat se développer chez eux : « que l’entrepreneuriat soit étudié par tous les jeunes comme tous les métiers qu’il peut y avoir à l’issue des études ou même du bac, que ça puisse être normalisé quelque part ». « À La Ruche, nous sommes convaincus que l’entrepreneuriat est un puissant levier d’insertion social et professionnel, parce que ça développe des compétences, le réseau et la confiance en soi », certifie Nathalie Leroux.