Couverture du journal du 27/11/2020 Consulter le journal

Les TER déconfinés

La moitié des trains de Nouvelle-Aquitaine sont de nouveau sur les rails depuis le 11 mai avec pour objectif un retour à 100 % de la desserte d’ici fin juin.

« Nous espérons faire partie du monde d’après en matière de mobilité », déclarait Hervé Lefèvre, directeur régional de SNCF Voyageurs lors de la présentation, le 7 mai, du plan de déconfinement par la Région Nouvelle-Aquitaine à laquelle le groupe ferroviaire public est lié par une convention d’exploitation. Les transports interurbains qui fonctionnaient à 30 % de leur capacité pendant le confinement pour assurer en priorité le transport des personnels soignants et des services essentiels est remonté à 45 % dès le 11 mai en Nouvelle-Aquitaine, soit 303 trains sur la quasi-totalité des 3 400 kilomètres de lignes régionales. « L’objectif est d’atteindre 70 % des trains d’ici début juin, pour un plan de transport à 100 % d’ici fin juin », précise Hervé Lefèvre. 

Pendant plusieurs semaines, les équipes de la SNCF se sont mobilisées pour rouvrir les voies fermées, mettre en place le programme destiné à interdire un siège sur deux et l’accès aux plateformes debout, diminuant la capacité de 160 000 places disponibles habituellement à 41 000 places. Les dessertes périurbaines pour les trajets domicile-travail sont dans un premier temps privilégiées, avec un accès réservé aux abonnés et au personnel soignant sur les heures de pointe sur les quatre lignes particulièrement fréquentées : Bordeaux-Arcachon, Bordeaux-Agen, Bordeaux-Saint-Mariens, et Poitiers-La Rochelle. 

APPEL AUX ENTREPRISES POUR ÉTALER LES HORAIRES

« Nous suivrons de près la fréquentation de ces lignes pour augmenter la capacité de certains trains si nécessaire. Nous demandons aux entreprises desservies par le réseau TER de permettre l’étalement dans le temps des horaires d’embauche afin de lisser la fréquentation en heures de pointe et d’éviter ainsi une surfréquentation dans les trains », précise Hervé Lefèvre. Dans 70 gares, les flux sont désormais segmentés par un marquage au sol devant les machines distributrices de billets et sur les quais. 

Les agents assurent la régulation des flux de voyageurs, des parois vitrées sont installées devant les guichets et les distributeurs de gel hydroalcoolique mis en place. Si le port du masque et le respect des règles de distanciation sociale sont obligatoires dans les trains, un nettoyage quotidien des rames et des gares avec des produits virucides est également prévu. « Nous devons nous préparer à un saut qualitatif important en termes de propreté pour un transport sain et sécurisé », affirme Hervé Lefèvre. 

OFFENSIVE COMMERCIALE

Du côté de l’information aux voyageurs, le site Internet www.ter.sncf.com/nouvelle-aquitaine et les réseaux sociaux TER Nouvelle-Aquitaine affichent chaque jour à partir de 17 h le programme des transports du lendemain, relaient le trafic et les conditions de circulation en temps réel. Avec quelques mesures commerciales à la clé. Le personnel soignant verra ainsi la gratuité sur les trajets maintenue jusqu’à fin mai. « Il n’y aura pas de prélèvement des abonnements sur les mois d’avril et de mai, et des mesures d’économie seront proposées aux voyageurs qui ont suspendu leur abonnement en mai », précise-t-il. La Région a pour sa part souhaité maintenir les tarifs validés début 2020, avec notamment un « Pass Escapades », pour les mois de juillet et août. Cette nouvelle offre à la journée ou sur deux jours en Nouvelle-Aquitaine, de 8 euros à 39 euros selon la distance parcourue, inclut un aller-retour par personne et la gratuité pour les enfants (jusqu’à 3 enfants de moins de 11 ans). Un abonnement dédié aux jeunes de moins de 28 ans sera en vente à partir de mi-juin. Il offrira 30 % de réduction supplémentaire par rapport à un abonnement tout public. Quant à la nouvelle convention entre la SNCF et la Région, signée le 17 mai 2019, « elle fera l’objet d’un aménagement ponctuel même si les objectifs de qualité de service, de ponctualité et d’un développement d’un certain nombre de dessertes restent d’actualité », précise le président de Région Alain Rousset. « La convention de 6 ans court jusqu’en 2024, il reste donc 5 ans pour le mettre en œuvre », rassure de son côté la SNCF.