Couverture du journal du 30/07/2021 Consulter le journal

[ Nouvelle-Aquitaine ] Levées de fonds : Coup de frein en 2021 ?

Après une très belle année 2020, la crise sanitaire devrait se faire sentir sur les levées de fonds des start-ups néo-aquitaines en 2021. Explications avec Annabel Dubois, responsable du service Levées de fonds de l’Agence de développement et d’innovation (ADI) régionale.

Annabel DUBOIS

Annabel Dubois, responsable du service Levées de fonds à l'ADI NA © D. R.

Si le choc du premier confinement et la crise sanitaire qui se sont abattus sur l’année 2020 n’ont pas eu d’impact sur les levées de fonds des start-ups néo-aquitaines, c’est en 2021 qu’ils devraient se faire sentir. « Les levées de fonds, c’est un processus assez long, qui dure entre 9 et 12 mois. Celles de 2020 sont donc le résultat de ce qui avait été enclenché en 2019 », rappelle Annabel Dubois, responsable du service Levées de fonds à l’Agence de développement et d’innovation néo-aquitaine, ADI NA. Un résultat très satisfaisant puisque l’agence comptabilise 17 levées de fonds en 2020, pour un montant de 12 millions d’euros, soit 5 projets de plus que l’année précédente. Une différence qui s’explique notamment par l’organisation en 2019 d’Innovaday, « un forum qui a lieu tous les 2 ans en Nouvelle-Aquitaine et qui crée une émulation et stimule le domaine du capital investissement », indique Annabel Dubois. Mais surtout par la mise en place du service Fundmeup de l’ADI, « un outil digital de mise en relation entre les start-ups en démarche de levée de fonds et les investisseurs à la recherche d’opportunités », décrit-elle.

GAIN D’EFFICACITÉ

Cette plateforme lancée fin 2019 et « qui correspond à la digitalisation du service Levées de fonds de l’ADI », « nous a permis d’avoir un gain d’efficacité, c’est un véritable facilitateur », estime en effet Annabel Dubois. Les start-ups innovantes qui s’inscrivent sur Fundmeup sont ainsi qualifiées, et si elles sont au bon stade de maturité et donc éligibles à la levée de fonds, elles rejoignent le « showroom » de start-ups de Fundmeup. « Une vitrine » destinée aux investisseurs eux aussi qualifiés qui font partie de la base de données du service. Il en compte plus de 1 000 régionaux et nationaux, accumulés depuis 10 ans. Tous peuvent ensuite bénéficier de services automatisés proposés par l’outil : mails de ciblage automatisés d’investisseurs ou encore tableaux statistiques, « qui offrent une meilleure traçabilité et un meilleur suivi de la démarche de levée de fonds », assure la responsable du service. Résultat : un gain de temps qui a permis « d’ouvrir le service à plus de start-ups », estime Annabel Dubois, qui travaille en étroite collaboration avec le service Start-up de la Région Nouvelle-Aquitaine, la Bpi, mais aussi les technopoles néo-aquitaines, qui sont ses prescripteurs.

DYNAMISATION DU TERRITOIRE

Malgré cela, « les levées de fonds devraient probablement connaître un petit coup de frein en 2021 », estime la responsable de Fundmeup. Les investisseurs, eux, n’ont certes pas réduit leur activité : « les fonds d’investissements ont des montants à investir et parfois même avec des contraintes de temps », rappelle Annabel Dubois. Néanmoins, ils risquent d’être « plus sélectifs » et les valorisations pourraient être moins importantes qu’en 2018-2019. D’autre part, certains secteurs très sinistrés, comme la restauration et le tourisme, pourraient être délaissés. Les entreprises, quant à elles, risquent d’être davantage concentrées « sur la résolution de leurs problèmes immédiats de trésorerie et sur la réduction de leurs coûts pour tenir le cap pendant cette période », que sur leur développement et leur accélération, ce qui pourrait faire chuter la demande. Quoi qu’il en soit, le service de Levées de fonds d’ADI « regardera toutes les entreprises avec un très beau potentiel de développement, de dynamisation du territoire et d’emploi », et en priorité « celles qui rentrent dans le cadre de la feuille de route Néo Terra de la Région Nouvelle-Aquitaine, à savoir les greentech. Nous aurons aussi un œil très attentif aux deeptech, tout en regardant bien sûr le reste », assure Annabel Dubois.

 

LE SERVICE DE LEVÉES DE FONDS DE L’ADI-NA EN CHIFFRES

Création en 2010 Lancement de Fundmeup en 2019

Plus de 1 000 investisseurs 100 levées de fonds réalisées depuis 2010 (17 levées en 2020)

83 millions d’euros levés depuis 2010 (12 millions d’euros en 2020)

 

LEVÉES DE FONDS : 2020 ANNÉE RECORD

Près de 100 millions d’euros ont été levés par 32 entreprises innovantes à Bordeaux et en Nouvelle-Aquitaine en 2020, selon le décompte de l’association French Tech Bordeaux réalisé en février 2021. Un record au niveau régional, tout comme au niveau national, avec 5,4 milliards d’euros levés en 2020 en France selon le baromètre EY. Sur le territoire, ce sont les domaines de la santé, la cybersécurité et des greentech qui tirent leur épingle du jeu, et en particulier les pessacais de Tehtris, qui ont levé 20 millions d’euros pour développer leurs solutions de cybersécurité.