Couverture du journal du 30/09/2022 Consulter le journal

Nouvelle-Aquitaine : La vitalité de l’épargne

Malgré la conjoncture économique, les épargnants néo-aquitains demeurent nombreux à placer de l’argent : 94 % abondent leur(s) produit(s) d’épargne selon la dernière enquête d’Altaprofits.

épargne, Nouvelle-Aquitaine

© Shutterstock

Le « Baromètre 2022 de l’Épargne en France et en régions », 4e édition, d’Altaprofits, Société de Conseil en Gestion de Patrimoine sur Internet, réalisé par IFOP, analyse le comportement d’épargne des Français pour assurer leur avenir et préparer leur retraite. La succession d’événements économiques de forte amplitude, susceptibles d’avoir une incidence directe sur le quotidien des Français, n’a pour l’instant pas d’impact sur leur épargne. Et en Nouvelle-Aquitaine, les citoyens restent de bons épargnants.

85 % d’entre eux possèdent au moins un produit d’épargne. 56 % en ont même plusieurs. Ces données sont toutes deux en progression significative de 6 points par rapport au baromètre précédent. Malgré la conjoncture économique, les épargnants néo-aquitains demeurent nombreux à placer de l’argent : 94 % abondent leur(s) produit(s) d’épargne. Dans le détail, 68 % des épargnants néo-aquitains placent de l’argent au moins une fois tous les 6 mois et 43 % chaque mois. Au plan national, 84 % des Français possèdent au moins un produit d’épargne. 56 % plusieurs. Ils sont 93 % à les abonder ; en termes de fréquence : 72 % des épargnants français le font au moins une fois tous les 6 mois, 42 % chaque mois.

FAIRE FACE AUX IMPRÉVUS

47 % des épargnants néo-aquitains déclarent que le principal motif d’épargne est de constituer une épargne de précaution, pour faire face aux imprévus.

Qu’il s’agisse de petits imprévus du quotidien, comme une panne de voiture ou le remplacement d’un appareil pour 33 % ou, plus spécifiquement dans le contexte actuel, pour faire face à une éventuelle situation exceptionnelle (perte d’un emploi, soutien à un proche, arrivée d’un enfant) pour 14 %. Sur le plan national, même principal motif d’épargne de précaution pour 46 % des Français, également pour faire face aux imprévus. 31 % donnent la priorité aux petits imprévus, quand 15 % se situent au même niveau que les Franciliens pour faire face à une situation exceptionnelle.

La grande majorité des épargnants néo-aquitains (76 %) continue à préférer se tourner vers des produits sans risque, même s’ils ont un faible rendement. 14 % privilégient plutôt des produits un peu risqués, avec un rendement espéré plus important et 4 % optent d’abord pour des produits risqués qui peuvent laisser espérer un rendement important. En parallèle, sans bousculer cette hiérarchie observée lors des deux vagues précédentes, des produits plus responsables pour l’environnement et la société, quel que soit leur rendement, sont mentionnés en priorité par 6 % de ces épargnants… Au plan national, par ordre décroissant, 71 % des Français épargnants favorisent les produits sans risque, même si le rendement est faible ; 16 % les produits peu risqués, avec un rendement espéré plus important ; 5 % les produits risqués mais avec une chance d’obtenir un rendement important tandis que 8 % optent pour des produits plus responsables pour l’environnement et la société.

94 % des Néo-Aquitains abondent leur(s) produit(s) d’épargne

LIVRET A, LDD, PEL…

82 % des Néo-Aquitains, possédant au moins un produit d’épargne, ont privilégié les livrets réglementés (Livret A, LDD, PEL,…). Ils sont 35 % à avoir placé leur argent disponible dans un contrat d’assurance vie ou de capitalisation. 12 % ont épargné dans un Plan Épargne Actions (PEA), 11 % sur un Plan Épargne Retraite (PER). Au plan national, 78 % des Français ont choisi les livrets réglementés, 32 % un contrat d’assurance vie ou de capitalisation, 13 % un Plan Épargne Actions (PEA), 9 % un Plan Épargne Retraite (PER).

LES VALEURS REFUGES

47 % des Néo-Aquitains désignent l’immobilier et 24 % l’assurance vie comme meilleurs « remparts » contre l’inflation. Viennent ensuite, l’or pour 14 % d’entre eux et la bourse pour 10 %. Au plan national, les Français indiquent meilleurs « remparts » contre l’inflation l’immobilier pour 45 % d’entre eux, l’assurance vie pour 26 %. Ensuite, l’or pour 19 % et la bourse pour 9 %.

Les épargnants néo-aquitains continuent à montrer peu d’intérêt pour le risque

« Après deux années exceptionnelles, le taux d’épargne des Français par rapport au revenu brut reste encore, en ce début d’année, à un niveau très élevé. Les livrets règlementés mais également l’assurance vie gardent leur préférence. Pour cette dernière, une place significative est faite aux unités de compte libellées en supports immobilier et actifs réels qui répondent mieux à un contexte inflationniste », déclare Stellane Cohen, présidente d’Altaprofits.

 

MÉTHODOLOGIE

Le « Baromètre 2022 de l’Épargne en France et en régions » a été réalisé par IFOP du 19 au 27 avril 2022, auprès d’un échantillon de 2 405 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, et constitué selon la méthode des quotas. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne.