Couverture du journal du 20/05/2022 Consulter le journal

Aéroport de Bordeaux, objectif qualité

Avec une activité en hausse continue et près de 80 destinations desservies, l’aéroport de Bordeaux-Mérignac retrouve peu à peu son niveau d’activité et travaille à sa mutation pour offrir une meilleure qualité de service.

Aéroport de Bordeaux-Mérignac

Aéroport de Bordeaux-Mérignac © D. R.

« C’est un contexte particulier pour l’aérien, une fin de cycle et une transformation nécessaire de ce monde », a annoncé de prime abord Simon Dreschel, directeur de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac depuis fin août. Toujours freiné par le contexte Covid, l’aéroport ne s’en sort finalement pas si mal avec un bilan un peu plus positif que celui escompté : soit le cap des 3 millions de voyageurs dépassé fin 2021. L’été dernier, avec la reprise du voyage de loisirs, a marqué un tournant dans cette relance et représenté (de juin à septembre) 50 % des vols de l’année. L’activité a repris avec 35 % de voyageurs supplémentaires par rapport à 2020. Même si on enregistre une baisse de 60 % par rapport à 2019, l’aéroport résiste mieux que prévu, avec « une nécessité de voyager » et près de 80 destinations desservies, dont quelques nouveautés : Grenoble, Bucarest, Zadar, Malte, Athènes et Pointe-à-Pitre.

ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX

« À l’heure de tirer le bilan d’une année très particulière, les compagnies aériennes ont su faire preuve d’une agilité exemplaire. Les low cost n’ont pas hésité à prendre des risques », a estimé le directeur. D’ailleurs, les low cost ont représenté les 2/3 du trafic, et la réouverture de Billi est prévue pour le mois de juin. On assiste également à un retour progressif des compagnies nationales, ce qui est un signal positif. « Nous sommes sur un territoire dynamique », s’est réjoui Simon Dreschel, « mais le monde change. À quoi sert l’aéroport ? », s’est-il interrogé. Car en 2022, les enjeux environnementaux, sanitaires et sociaux sont plus que jamais indissociables du développement de l’aéroport qui lance une nouvelle dynamique de transformation.

Simon Dreschel, directeur de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac

Simon Dreschel, directeur de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac © Nathalie Vallez

DES AIRPORT ANGELS AU SERVICE DES PASSAGERS

« Notre raison d’être, c’est au service du territoire », a-t-il continué avant de réfléchir aux 4 piliers de la structure : une entreprise exemplaire ; l’excellence opérationnelle, le développement du territoire ; la maîtrise des impacts environnementaux. L’objectif est de façonner le nouveau visage de l’aéroport de demain et d’atteindre le zéro carbone avant 2030. Engagé dans le programme ASQ (Airport Service Quality) comme 400 autres aéroports dans le monde, la structure bordelaise souhaite ainsi améliorer sa qualité de service en travaillant sur les accès (parkings…), en mettant en place des équipes Airport Angels qui aident les voyageurs, en mettant à service des bornes de recharge, un wifi gratuit et plus rapide.

L’aéroport s’est aussi impliqué dans le programme ACA (Airport Carbon Accreditation). Une action qui passe par la mise en œuvre de la géothermie : couverture photovoltaïque du parking P0 de panneaux solaires, et du P4 dans un second temps. Les véhicules professionnels sont désormais hybrides ou électriques, et une navette électrique assure la liaison avec le parking P4. L’intégralité des vitres du hall B seront remplacées par des vitrages haute performance. Enfin, toute l’interface de l’aéroport a été retravaillée. La dernière phase de travaux d’aménagement et de végétalisation du parvis sont en cours, ainsi que les travaux du pôle tertiaire « 45e parallèle ». Avec la mise en ligne du tramway prévue début 2023, l’insertion d’une coulée verte et de pistes cyclables, l’aéroport de Bordeaux va présenter un tout nouveau visage.