Couverture du journal du 23/02/2024 Le magazine de la semaine

Artflo : l’écosystème des métiers d’art

Imaginé par Karine Villey et Solene Lier, ArtFlo accueille dans le quartier de Bacalan, à Bordeaux, une quinzaine d’ateliers dédiés à l’artisanat d’art. Objectif : faire perdurer ces savoir-faire en réunissant dans un même lieu artisans, grand public et tout l’écosystème associé.

Artflo, Karine Villey, Solene Lier, Bordeaux

Solene Lier et Karine Villey, cofondatrices d’ArtFlo © D. R.

La Gironde compte environ 2 700 artisans d’art pratiquant l’un des 281 métiers répertoriés. Ce qui les unit ? « La maîtrise et l’appropriation d’un geste technique, en lien avec une matière première spécifique, associées à de la créativité, et à la notion de production unique ou de très petite série », décrit Karine Villey, commerciale reconvertie en libraire puis en ébéniste depuis 2011. C’est pour valoriser ces métiers menacés de disparition, les faire découvrir ou redécouvrir, qu’avec Solene Lier, jeune diplômée de Kedge et sportive de haut niveau passionnée d’artisanat, elles ont imaginé ArtFlo. Un lieu ouvert à Bordeaux rue Achard, dans le quartier de Bacalan, depuis le mois d’avril, et qui s’est donné pour mission de faire perdurer ce savoir-faire français reconnu à l’international. Pour y parvenir, le duo à la tête d’ArtFlo, contraction « d’art » et « d’inflorescence », a imaginé un projet reposant sur trois piliers complémentaires.

ATELIERS DE 21 À 51 M2

Tout d’abord, ArtFlo propose aux artisans d’art la location d’espaces à des tarifs « attractifs et plafonnés. C’est le côté social du projet, qui répond à un vrai besoin puisqu’ils ont été loués très rapidement », constate Solene Lier. Installés au cœur de l’ancienne raffinerie de sucre Béghin-Say, la quinzaine d’ateliers de 21 à 51 m2 répartis sur 900 m2, avec une hauteur sous plafond d’environ 4 mètres et de petites vitres laissant entrer la lumière, permettent de voir les artisans travailler. Parmi eux, un peintre en lettres, un duo d’artisans qui façonnent des pièces en bois et résine, un tapissier de siège, une bijoutière, une restauratrice de mobilier, une graveuse sur peinture, un artiste pluridisciplinaire spécialiste des scénographies, un vitrailliste, des céramistes, un designer industriel, un artiste photo- graphe… Tous ont été choisis avec soin. « Pour notre première promotion, nous avons privilégié des artisans dont c’est l’activité principale et qui travailleront sur place chaque jour. La notion de collectif étant essentielle », souligne Solene Lier. « Nous avons essayé de sélectionner des personnalités et des métiers variés et complémentaires. Ils sont ainsi représentatifs de la pluralité des métiers d’art et peuvent combiner leurs compétences sur des projets », ajoute Karine Villey.

Les deux associées ont créé un Club d’entreprises des métiers d’art de Bordeaux, le CEMAB

CLUB D’ENTREPRISES

Cette palette de métiers vise également à attirer les visiteurs. C’est le second pilier d’ArtFlo : recevoir du public, lors de visites ou d’initiations aux différentes disciplines. « Nous créons des prétextes à la valorisation des métiers d’art », résume Solene Lier, qui a accueilli son premier atelier grand public autour de la marqueterie de paille le 5 mai. « Nous sommes dans une démarche de médiation culturelle, de pédagogie et de transmission », précise Karine Villey. Les artisans d’art étant « une population qui n’arrive pas à se rencontrer, ni à rencontrer ses prescripteurs, nous organisons et recevons des événements pour animer le réseau. L’idée est de créer un véritable écosystème, un cercle vertueux autour d’un même lieu », explique Karine Villey. Avec son associée, elle a créé une association et un Club d’entreprises des métiers d’art de Bordeaux, le CEMAB, dont les afterworks ont lieu rue Achard.

Les ateliers d’ArtFlo sont hébergés à l’intérieur de l’ancienne raffinerie de sucre Béghin-Say © D. R.

ORGANISME DE FORMATION

Troisième pilier d’ArtFlo : la formation. « Nous voulons réintroduire les formations professionnelles certifiantes, qualifiantes et diplômantes sur le territoire », annonce Solene Lier. Et si ArtFlo propose déjà des formations sur la création et la gestion des entreprises d’artisanat d’art, avec des experts de différents secteurs tels que la communication, le commerce, des avocats, des juristes ou encore des experts comptables, l’objectif visé est de créer un organisme de formation professionnelle. « La réussite d’ArtFlo reposera sur la combinaison de ces 3 sources de revenus », admet Solene Lier, qui a travaillé avec son associée durant deux ans et demi sur le projet et son modèle économique. Lauréates du Réseau Entreprendre Aquitaine et du concours Coup de pouce de la Fondation Le Roch-Les Mousquetaires, les deux entrepreneuses sont parvenues à convaincre le Conseil régional, Bordeaux Métropole et les banques de soutenir leur démarche. « Nous voulons être au service de ce pan de l’économie, le rendre visible et le soutenir. C’est notre pierre à l’édifice pour que les métiers d’art ne disparaissent pas », conclut Karine Villey.

Nous voulons être au service de ce pan de l’économie, le rendre visible et le soutenir