Couverture du journal du 17/07/2024 Le nouveau magazine

Gironde, terre d’édition

Le nombre de maisons d’édition indépendantes n’a cessé de croître sur le territoire néo-aquitain, particulièrement en Gironde, depuis les années 1990. À la manœuvre : le Conseil régional et l’Agence du livre, du cinéma et de l’audiovisuel de Nouvelle-Aquitaine, et des passionnés qui font vivre tout un secteur. Panorama de la filière.

ALCA

Jean-Marc Robert et Margaux Maillard, chargés de mission de l’Alca à Bordeaux © ALCA Flora Ghedjati Reigneau

Avec  267 maisons d’édition indépendantes en Nouvelle-Aquitaine, dont 91 en Gironde, « nous sommes sur une terre très attractive pour l’univers du livre ». Ce constat, Jean-Marc Robert , chargé de mission à l’Agence du livre, du cinéma et de l’audiovisuel de Nouvelle-Aquitaine (Alca), le fait depuis un certain temps déjà. « Le département a vu son nombre d’éditeurs multiplié par plus de 4 en à peine 30 ans », note-t-il. Cette forte dynamique s’explique notamment par l’attractivité de la Gironde, où quelques éditeurs délocalisent leur siège social, comme Hervé Chopin ou plus récemment Canopé Éditions. L’Association des éditeurs de Nouvelle-Aquitaine (AENA), qui fédère une soixantaine d’entre eux, participe également à la dynamique collective locale. Tout comme les temps forts tels que le salon bordelais L’Escale du livre qui débute le 31 mars (voir encadré) et Lire en Poche à Gradignan. Ou encore le festival Gribouillis pour la BD et Hypermonde à Mérignac, autour de l’imaginaire et de la science-fiction.

Il existe quelques locomotives telles que Monsieur Toussaint Louverture en Gironde ou La Geste dans les Deux-Sèvres

« BRAS ARMÉ »

Mais ce sont surtout les dispositifs « très favorables au livre » mis en place à partir du milieu des années 1990 qui ont soutenu l’essor de la filière. Et en premier lieu le Centre régional du livre (CRL) d’Aquitaine, à l ’origine du premier protocole d’accord État-Région autour du livre en 2003. Depuis 2018, l’Alca a pris le relais en tant que « bras armé » du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine et de la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles). « Nous accompagnons les professionnels du livre tout au long de leur parcours, de la création aux différentes phases de développement », explique Jean- Marc Robert. En tant qu’animatrice du « contrat de filière livre », l’Alca a ainsi orienté et accompagné 88 éditeurs qui ont bénéficié de 618 300 euros d’aides directes en 2022, dont les 2/3 proviennent du Conseil régional. « Nous proposons également des aides indirectes, comme des actions de promotion, des aides juridiques ou l’accompagnement sur des présences collectives sur des salons », détaille Jean-Marc Robert, qui emmènera une délégation néo-aquitaine à la Foire du livre de Bruxelles début avril. L’agence, qui pilote un plan de formation des éditeurs depuis 2007, a lancé en 2021 « l’incubateur de l’édition », conduit par Margaux Maillard, qui reçoit chaque année une quinzaine de candidatures. « On constate une grande vivacité dans les projets de création des structures », assure la chargée de mission de l’Alca.

LOCOMOTIVES

Si on ne connaît le poids ni en chiffre d’affaires, ni en nombre d’emplois du secteur de l’édition en Nouvelle-Aquitaine, raison pour laquelle l’Alca envisage de créer un observatoire d’ici 2024, on sait en revanche « qu’il représente peu d’emplois et que plus de la moitié des structures sont constituées sous forme associative », indique Jean-Marc Robert. « Il existe cependant quelques locomotives telles que Monsieur Toussaint Louverture en Gironde, La Geste dans les Deux-Sèvres ou Cairn dans le Béarn. Mais ce sont en général toujours de petites structures », ajoute-t-il. Spécialisés à 40 % en littérature et à 12,5 % en BD, les 267 éditeurs néo-aquitains sont également présents sur les segments des sciences humaines, de la jeunesse, de la poésie et des contenus régionalistes. « Avec environ 70 000 publications par an en France, le livre est un marché difficile. Les 2 250 éditeurs français indépendants font face à 5 grands groupes éditoriaux qui se partagent plus de 85 % du marché. Mais nous avons sur le territoire de très belles maisons ! », conclut-il.

RENDEZ-VOUS À L’ESCALE DU LIVRE

Ils seront 65 éditeurs indépendants présents à l’Escale du Livre du 31 mars au 2 avril. Un nombre stable depuis le lancement de ce rendez-vous culturel il y a 21 ans. Les libraires (au nombre de 13) accueilleront quant à eux les éditeurs nationaux : « On ne sélectionne que des auteurs à compte d’éditeur », remarque Gaëlle Thoilliez, chargée de la coordination et de la programmation de L’Escale, « notre association soutient la chaîne du livre professionnelle ». L’Escale du Livre est un moment important pour les éditeurs : « Certains prévoient la sortie d’un livre qui sera en résonance avec l’événement » souligne Gaëlle Thoilliez. Cette année, on retrouvera les Girondins incontournables : Castor Astral, Confluences, Hervé Chopin, L’Arbre Vengeur, Le Festin, Finitude, Agullo… « Il y aura aussi l’AENA, l’Association des Éditeurs de Nouvelle-Aquitaine », rajoute Gaëlle Thoilliez, « ils aident les toutes jeunes maisons d’édition à publier leur premier roman et soutiennent les éditeurs des incubateurs de l’ALCA. » Parmi elles, des petites maisons de littérature générale : le Cherche-Mondes, la Mérule, ou jeunesse : Michi, Maison Lison. « L’idée est de montrer la diversité de la production dans toute la Région ». N. V.

https://escaledulivre.com

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Je publie mon annonce légale