Couverture du journal du 20/11/2020 Consulter le journal

Le boom du service à la personne

De la garde d’enfants au ménage, le service à la personne ne connaît pas la crise et fait face à de nouvelles demandes. Ainsi l’enseigne Family Sphere recrute en masse à Bordeaux.

Family Sphere Bordeaux

© Shutterstock

Toutes les entreprises ne connaissent pas la crise. Celles du service à la personne en particulier connaissent un boom grandissant. Ainsi Family Sphere, spécialisée dans la garde d’enfants à domicile, annonce le recrutement de 10 000 nounous en France. Sur ce nombre, il faut compter un gros turn-over spécifique à la profession. « Nous avons toujours 20 à 25 % de notre staff en recrutement », remarque Sabrina Capmas, directrice de l’agence Family Sphere de Bordeaux, « ça fait partie de notre activité. Mais pour cette rentrée, nous enregistrons 30 à 40 % de perte, soit l’équivalent à recruter. » En cause, en particulier, le nouveau système d’affectation des facs qui fait que des étudiants se retrouvent à l’autre bout de la France. La stabilité est une des exigences de Family Plus : « nous avons des critères sélectifs, nous ne voulons pas d’étudiantes qui partent en cours d’année », souligne Sabrina Capmas.

Les nounous sont formées en continu autour des thèmes de l’hygiène et de la sécurité

La formation des intervenantes en est un autre. L’agence bordelaise ouverte depuis janvier 2019, est agréée pour la garde d’enfant de la sortie de la maternité à l’âge de 18 ans, avec une formation handicap. L’agence est elle-même gérée par Sabrina Capmas, ancienne responsable du bloc pédiatrique du CHU de Bordeaux et aujourd’hui coordinatrice petite enfance. Les profils des nounous sont multiples : un tiers d’étudiantes avec expérience, un tiers de professionnels détenteurs du CAP petite enfance, un tiers de personnes en réorientation professionnelle et mamies nounous, une tendance qui émerge depuis quelques années. Elles se retrouvent chaque mois lors d’un « café nounou » autour d’un thème comme « la garde en présence des parents » ou encore une activité créative, et peuvent ainsi débriefer. Elles sont formées en continu autour de thèmes de la sécurité ou de l’hygiène : développement de l’enfant, geste de premiers secours, etc. Rien n’est laissé au hasard, il faut trouver la bonne adéquation pour que l’alchimie opère. « Il faut la bonne nounou pour la bonne famille », résume Sabrina Capmas. Une maxime reprise par Alexandra Meynier, sa consœur de l’agence Merci + de Libourne, spécialisée dans la garde d’enfant, mais aussi le ménage et le repassage à domicile. Elle aussi est à la recherche des perles rares qui suivront une formation initiale. Le mieux étant de trouver des personnes polyvalentes. « Nous avons une quarantaine d’employés, essentiellement des femmes âgées de 20 à 65 ans » pour des contrats qui vont de 2 heures à 30/32 heures par semaine. « Au-delà c’est très difficile physiquement. » La prise de contact se fait à domicile, comme l’explique Alexandra, qui peut ainsi se rendre compte de la charge véritable de travail, et choisir la salariée adéquate. De la même manière, cette dernière est briefée « On ne donne pas seulement une adresse, on accompagne. Après 2 ou 3 prestations, on fait le point. » Parmi les nouvelles demandes, l’agence située en secteur touristique avec la proximité de Saint-Émilion, est énormément sollicitée par les propriétaires de gites ou Airbnb. Un énorme marché qui demande beaucoup de réactivité dans un secteur en expansion.