Couverture du journal du 14/01/2022 Consulter le journal

Tout sur « La Bordelaise »

Quid de la Bordelaise. Existe-t-elle vraiment ? Il semblerait bien, sous la plume de Laure Lamendin, qui esquisse page après page, dans ses origines, sa dimension historique, son allure, ses manières et sa liberté, le portrait de « La Bordelaise ».

La Bordelaise Laure Lame Camille Quidndin

La Bordelaise, de Laure Lamendin, illustrations de Camille Quid, éditions Hervé Chopin © D. R.

Ainsi, l’auteure la recherche dans l’histoire, et s’intéresse à quelques figures historiques telles qu’Aliénor d’Aquitaine, Rosa Bonheur, Marie Brizard, des vigneronnes et des héritières célèbres. Au cours des siècles, son image s’impose.

La Bordelaise Laure Lamendin

La Bordelaise, de Laure Lamendin, illustrations de Camille Quid, éditions Hervé Chopin © D. R.

On loue son élégance et sa discrétion ; de Rose Bertin, la modiste « influenceuse » du XVIIIe siècle, puis la grisette coquette et espiègle du XIXe aux distinguées clientes des « Dames de France ». Au milieu des années 60, elle est même réputée pour être plus élégante que la Parisienne : « Jamais une Bordelaise ne va conduire ses enfants à l’école en pantalon. Ni ne se permettra de sortir sans rouge à lèvres. » Ainsi s’affirme-t-elle, chic et un peu snob. Pendant les années Chaban, elle se plaît tout en raffinement. À l’ère Juppé, la Bordelaise « ose », plus libérée, moins guindée.

Bien sûr, elle connaît et apprécie la gastronomie de sa région : elle a le goût des belles et des bonnes choses, et l’art de les partager. Elle sait recevoir, même si le Traité de cuisine bourgeoise bordelaise d’Alcide Bontou (daté de 1898 !) ne trône plus dans sa cuisine. Des grandes tablées familiales au pique-nique au banc d’Arguin en passant par l’apéritif dînatoire, elle sait s’adapter. Le tout accompagné, bien entendu, d’un verre de vin… de Bordeaux ! La proximité du Bassin et de l’océan lui octroie une certaine liberté et le goût du plaisir. « À la beauté de la cité succèdent celles des plages océanes et de ses promesses de bien-être. Marcher pieds nus au Cap-Ferret, gravir la dune du Pyla une heure après avoir pédalé en ville sur les quais, c’est possible », écrit l’auteure. Illustré des dessins de Camille Quid, d’extraits de livres et de presse, La Bordelaise pourrait bien devenir la bible du savoir-être Bordeaux !

La Bordelaise, de Laure Lamendin, illustrations de Camille Quid, éditions Hervé Chopin.