Couverture du journal du 26/11/2021 Consulter le journal

Entraide & Entrepreneurs : Claudine Péry au chevet des entrepreneurs

Elle-même ancienne chef d’entreprise confrontée à la liquidation, Claudine Péry est présidente d’Entraide & Entrepreneurs qui vient en aide aux entrepreneurs en difficultés. Rencontre avec une battante au parcours sans répit qui célèbre bientôt les 5 ans de son association unique à Bordeaux.

Claudine Péry Entraide & Entrepreneurs Bordeaux

Claudine Péry, présidente d’Entraide & Entrepreneurs Bordeaux © Atelier Gallien - Echos Judiciaires Girondins

« On n’apprend pas à être entrepreneur, il n’y a pas de formation pour cela. » Le parcours d’un entrepreneur est semé d’obstacles inattendus. Claudine Péry est bien placée pour le savoir. Elle-même a lancé une entreprise innovante dans les années 80 qu’elle a dû liquider quelques décennies plus tard. Terrassée ? Sur le moment. Mais pas à terre car cette Bordelaise dynamique a du ressort et a su rebondir pour faire profiter ses pairs de son expérience. En 1984, Claudine Péry, qui a déjà une expérience de salariée dans un groupe du bâtiment, lance ATEM, une entreprise en ingénierie du bâtiment spécialisée sur la fabrication de façades légères. « Je n’étais pas une technicienne mais j’ai lancé un concept novateur », remarque-t-elle, issue elle-même d’une lignée de femmes chefs d’entreprise, « je n’ai jamais vu une femme tricoter chez moi. Ça laisse des traces. » Elle pratique un management participatif, comme sa mère auparavant, accordant une attention particulière au personnel. Une belle réussite aussi bien technique que financière, mais un drame personnel va avoir raison de cet équilibre. « Quand on est chef d’entreprise, on pense à tout sauf à ça », regrette-t-elle. En redressement judiciaire, Claudine Péry jette l’éponge et arrête son activité : « J’avais 63 ans, je me trouvais trop vieille pour un nouveau projet. J’avais tort. »

REBONDS

La carrière de Claudine Péry prend alors un nouveau tournant en s’engageant dans le milieu associatif. Parmi plusieurs expériences, elle collabore notamment à l’élaboration de 60 000 rebonds avec Philippe Rambaud, qui soutient techniquement et moralement des chefs d’entreprises après une liquidation judiciaire. De 2012 à 2015, elle s’investit dans l’association, maintenant nationale, qui accompagne le chef d’entreprises dans un rebond salarial ou entrepreneurial. Et c’est là qu’elle fait le constat d’un grand manque : la solitude, à la fois morale et de moyens, du chef d’entreprise face aux difficultés. « Ces chefs d’entreprises, TPE/PME, qui n’ont pas les moyens de se payer un conseil, tombent en précarité financière et morale », soutient-elle, « ils n’ont plus la capacité de gérer leur entreprise. La chute est inévitable. » En 2016, elle crée ainsi Entraide & Entrepreneurs. Sa mission est d’intervenir avant les grosses difficultés pour les aider à passer un cap difficile. « Il faut accepter l’échec comme un accident de vie », et comporte deux critères importants : un accompagnement long et pluridisciplinaire. « Le chef d’entreprise vient toujours pour une raison financière », explique Claudine Péry, « mais elle n’est que le résultat d’une ou plusieurs difficultés inhérentes à son exploitation. » Parmi elles, l’accompagnement moral est indispensable. « Ils disent tous qu’ils vont très bien. C’est souvent difficile de leur faire entendre qu’ils ont besoin d’un accompagnement moral, mais c’est un pack, ils n’ont pas le choix. Je suis très ferme là-dessus. »

Les chefs d’entreprises qui tombent en précarité financière et morale n’ont plus la capacité de gérer leur entreprise. La chute est inévitable

Entraide & Entrepreneurs Bordeaux

© Shutterstock – Jacob Lund

UNE ÉQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE

L’association est composée de 3 collèges comportant 80 membres bénévoles en activité (à l’exception de la présidente et de la vice-présidente). « Ils donnent tous de leur temps », se réjouit Claudine Péry. L’équipe est toujours composée de deux parrains experts de l’entreprise issus des services marketing, RH, financier, comptable, commercial… d’un juriste : avocat (spécialisé en droit social, fiscal, des affaires…). 80 % des mandataires et administrateurs judiciaires, mais aussi notaires, huissiers, consultants mandataires… Et d’un soutien moral : psychothérapeutes, psychologues, psychanalystes ou coachs… Les chefs d’entreprises ciblés sont ceux à la tête de TPE ou PME de moins de 25 salariés qui n’ont pas les moyens de se payer un conseil : « on ne prend que des personnes en précarité financière ou en précarité annoncée pour ne pas concurrencer les consultants », prévient Claudine Péry. Le panel est très large et va des restaurateurs, gérants de petits supermarchés, à des petits industriels, entrepreneurs du bâtiment, en passant par des pharmaciens, dentistes et autres professions libérales.

UN ACCOMPAGNEMENT DE 3 À 24 MOIS

La prise de contact se fait généralement par le biais du site Internet, des partenaires financiers (collectivités territoriales) ou par le bouche à oreille. Cela commence par un entretien d’une heure avec la présidente qui écoute ce qui domine. En fonction de cela, un comité d’agrément est établi avec un petit dossier à constituer, qui est examiné par les membres des 3 collèges : « On définit le contexte, les besoins, et un plan d’action avec le chef d’entreprise en fonction de ce que l’équipe lui recommande. Cette convention doit être acceptée par le chef d’entreprise », prévient Claudine Péry. L’accompagnement commence par deux étapes essentielles : une rencontre avec le psy ou coach pour briefer l’équipe sur la manière de communiquer (diagnostic) et une réunion de lancement avec le chef d’entreprise et l’établissement d’un planning précis. L’accompagnement dure de 3 à 24 mois, qui correspond généralement à la durée des procédures judiciaires : « Nous l’accompagnons chez ses partenaires (avocat, expert-comptable…) comme aux audiences du Tribunal de commerce. Parfois il faut aider à la communication », souligne la présidente d’Entraide & Entrepreneurs. Le diagnostic va également permettre de pointer des dysfonctionnements : problèmes entre actionnaires, prix établis de manière non formelle, difficultés de management, problèmes de personnel, ateliers mal agencés, etc. « Lorsque je rentre dans un atelier de production, je vois tout de suite si ça marche ou pas », soutient Claudine Péry, et de continuer « c’est la somme de toutes petites choses qui gangrènent l’entreprise. Certains confondent comptabilité et gestion. Il faut le temps de diagnostiquer puis d’expérimenter de nouveaux process. »

DE NOUVELLES ANTENNES LOCALES

Entraide & Entrepreneurs accompagne environ 30 chefs d’entreprises par an, soit 150 depuis sa création. Elle a joué un rôle prépondérant pendant le confinement avec des accompagnements de chefs d’entreprises en détresse sur la demande de la Région Nouvelle-Aquitaine. Soit 200 accompagnements d’une semaine environ, avec une cellule spéciale et un process simplifié. « Grâce à cette crise, on s’est rendu compte qu’on pouvait faire des choses en visio », remarque Claudine Péry, « sur un territoire élargi. » Une autre antenne est désormais accessible à Limoges, et l’association est en pourparlers pour Bayonne. Pour autant, la multiplication des antennes ne fait pas partie de la stratégie de sa présidente qui préfère « la qualité à la quantité ». « J’y réfléchis, mais on a créé quelque chose de tellement unique à Bordeaux. Il faut quelqu’un de charismatique, mais aussi une puissance supplémentaire sur la disponibilité de ressources à la fois internes mais aussi externes, » expose-t-elle, faisant référence aux bénévoles non-adhérents. Car une association de cette envergure se manage également.

Il n’y a de richesse que dans la relation humaine. C’est ça qui me passionne. Claudine Péry

LE CERCLE DES ENTREPRENEURS

Claudine Péry Entraide & Entrepreneurs Bordeaux

Claudine Péry, présidente d’Entraide & Entrepreneurs Bordeaux © Atelier Gallien – Echos Judiciaires Girondins

« On essaie de fédérer les équipes », souligne Claudine Péry. Comment ? En créant les cercles des entrepreneurs soutenus par la Fondation Garance. Ces réunions rassemblent des chefs d’entreprises autour de sujets tabous « ceux que l’on n’aborde ni avec son conjoint, ni avec son comptable ou son banquier, un peu comme les alcooliques anonymes ! ». Des thèmes tels que « Comprendre et apprivoiser ses émotions » sont débattus par les participants, créant ainsi un lien, une communauté. « Il n’y a de vraie richesse que dans la relation humaine. C’est ça qui me passionne », martèle Claudine Péry qui encourage également la recherche dans ce domaine. L’association travaille également avec des chercheurs de l’IAE tels que Vincent Maymo et Julien Cusin qui ont publié une étude « Stigmatisation de l’entrepreneur post-faillite et décision de financement du banquier ». Le dernier projet en cours s’intéresse justement à la posture du chef d’entreprise face à son banquier : « Banque et Entrepreneurs en rebond – BEER ». L’association a aussi répondu à un appel à projet de la Fondation Garance sur la santé à la fois physique et morale du chef d’entreprise en difficulté. Une avancée majeure pour la présidente très attentive à ces critères. La restitution de cette étude aura lieu le 25 octobre prochain à la Région (voir encadré).

Entraide & Entrepreneurs accompagne environ 30 chefs d’entreprises par an

LE SAVOIR ET LE CONNAÎTRE

« On n’apprend pas à être chef d’entreprise, » reprend Claudine Péry, « ce n’est pas parce qu’on a été manager ou DG qu’on sait. C’est un apprentissage. Il y a une myriade de choses qu’il faut non seulement savoir, mais aussi connaître. » En effet, nombre d’entre eux se reposent sur leur expert-comptable, et un bilan daté de plusieurs mois mais ne savent pas enregistrer une facture en comptabilité ou encore vérifier une facture de l’URSSAF. « Une des missions essentielles du chef d’entreprise est le contrôle : s’assurer que les choses ont bien été faites. » Un message délivré aux chefs d’entreprise qui semble entendu puisque 65 % des entreprises qui sont passées par Entraide & Entrepreneurs se redressent, 20 % passent en procédure judiciaire (ce qui ne signifie pas pour autant en liquidation) et 5 % en liquidation. Les entreprises restantes finissent en arrêt, cession, vente, suivi d’un rebond bien souvent salarial.

ENTRAIDE ET ENTREPRENEURS À LA RÉGION

L’association fête ses 5 ans lundi prochain à l’Hôtel de Région Nouvelle-Aquitaine. À cette occasion, une table ronde, en présence de Claudine Péry et du président Alain Rousset, débattra autour de « La prévention de la santé morale et physique du chef d’entreprise : Fini le tabou, parlons-en ! »