Couverture du journal du 25/11/2022 Consulter le journal

Gironde – Immobilier d’entreprise : une année record

En 2021, l’immobilier d’entreprise repart à la hausse avec une augmentation de la demande placée dans tous les produits et la confiance des investisseurs dans le marché bordelais.

Bordeaux, immobilier d’entreprise

© Shutterstock

Une très belle année s’est clôturée pour l’immobilier d’entreprise. C’est le constat fait par les représentants de l’OIEB (Observatoire de l’Immobilier d’Entreprise Bordeaux Métropole) lors de la présentation de l’année 2021. Révélatrice du dynamisme économique, la demande placée en Gironde a augmenté pour tous les produits. Elle est passée, de 2020 à 2021, de 132 transactions à 161 pour les locaux d’activité, 34 à 35 transactions pour les entrepôts (avec une augmentation conséquente des surfaces), et de 269 à 302 transactions concernant les bureaux. Concernant les locaux d’activités, les ventes constituent 38 % de l’activité et les locations 62 %.

Les locaux de moins de 500 m2 constituent 47 % des transactions

STOCKAGE DE PROXIMITÉ

Ce sont les locaux de moins de 500 m2 qui constituent 47 % des transactions, suivis à 29 % par ceux entre 500 et 1 000 m2. Enfin, 86 % de ces transactions concernent des développements et déménagements d’entreprise sur notre territoire, contre 8 % de créations et 6 % d’implantations d’entreprises hors Gironde. Concernant les entrepôts, ce sont les plus grandes surfaces, supérieures à 5 000 m2 qui sont les plus représentées (38 % des transactions) mais les petits entrepôts tirent leur épingle du jeu avec 18 % entre 500 et 1000 m2 et 18 % entre 1 000 et 2 000 m2 : « On constate une volonté de repartir sur du stockage de proximité. » Là les locations sont largement majoritaires avec 80 %.

De plus, 24 % de créations/implantations montrent le dynamisme du secteur. L’année est surtout très bonne pour les bureaux, avec 302 transactions représentant 127 000 m2. « On attend une nouvelle vague et on a besoin de grandes surfaces », a estimé l’OIEB. On constate à Bordeaux en particulier une évolution des transactions de 2de main, soit 232 opérations représentant 77 % des transactions. Bordeaux reste toujours très attractive avec 85 % de déménagements/développements et de belles opérations phares.

BORDEAUX EN 2E PLACE APRÈS LYON

C’est la ville de Bordeaux qui concentre près de la moitié des achats et des locations. Les prix, aussi bien à la location qu’à la vente, sont en progression constante et régulière. Mais ils grimpent dans l’hyper-centre car « les entreprises sont prêtes à payer un prix très élevé pour avoir une adresse prestigieuse, » comme le note Valéry Carron, président de l’Observatoire. L’attractivité de Bordeaux se mesure également auprès des investisseurs. Avec 562 millions d’euros investis, 2021 est une année record, en hausse de 35 % par rapport à 2018 et 2019, années déjà de référence, marquées par l’arrivée de la LGV.

Le carburant, c’est les investisseurs : ils ont confiance dans le marché bordelais

« Le carburant c’est les investisseurs », remarque Jessica Cooper, membre de l’OIEB, « ils ont confiance dans notre marché, y compris dans les immeubles à construire. » Une satisfaction pour les professionnels après une année de retail bashing, tout repart à la hausse. Cela place ainsi Bordeaux en 2e place après Lyon en termes de placements immobiliers. « La confiance dans le marché bordelais est exogène. La grande diversité de produits et d’offres témoigne de la qualité de ce marché. C’est un bon signal », concluent les rapporteurs de l’OIEB.