Couverture du journal du 18/09/2020 Consulter le journal

Wine services : l’assistant marketing des châteaux

La plateforme bordelaise Wine Services fournit aux propriétés viticoles des informations précieuses récoltées sur le terrain concernant leur distribution, leur prix et leur notoriété. Leur permettant ainsi d’établir leur stratégie marketing et commerciale. Un outil bien utile à l’heure de la reprise.

Sa mission ? Aider les propriétés viticoles à établir leur stratégie marketing et commerciale, en France comme à l’autre bout du monde. Comment ? En leur permettant d’appréhender leur notoriété mondiale et leur positionnement concurrentiel, leur communication, leur prix et leur distribution. « Notre objectif est de faire rayonner les vins de Bordeaux dans le monde, en les aidant avec les bons outils », assure le fondateur et PDG de Wine Services. Créée il y a 10 ans par Clément Marcorelles, la plateforme a mis du temps à se développer, « car il a fallu évangéliser sur l’intérêt de notre produit, qui n’a intéressé au début que quelques châteaux avant-gardistes », se souvient-il. 

Aujourd’hui, Wine Services compte parmi ses clients 162 domaines de vin et de champagne, répartis dans une dizaine de pays sur 4 continents. « Nous les accompagnons dans leur réflexion stratégique sur les prix et l’éclatement de la distribution. Nous les aidons à travailler leur visibilité et leur image de marque sur le long terme », explique Clément Marcorelles.

Travail de terrain

New York, Londres, Tokyo ou la Suisse… C’est en allant sur le terrain que l’entreprise, qui emploie une vingtaine de collaborateurs, principalement à Bordeaux, analyse la notoriété des marques, en sondant leur présence dans les grands restaurants des principaux marchés de consommation mondiaux, et chez les cavistes. « Nous parcourons le monde pour recueillir différentes données (présence, millésime, prix, format), nous les vérifions, puis les réunissons dans une plateforme ergonomique permettant au château de suivre en temps réel sa distribution mondiale. Cela lui donne une visibilité sur lui-même et sur ses concurrents, avec des marchés à conquérir », détaille Caroline Meesemacker, directrice générale et associée chez Wine Services, qui a rejoint la société en 2013, et y a développé la clientèle internationale. 

L’ergonomie ou « UX design » est l’une des caractéristiques que revendique la nouvelle plateforme de Wine Services, lancée en 2019 après 2 ans de travail, en collaboration avec la société bordelaise Dernier Cri. Elle met à disposition des utilisateurs plusieurs onglets spécifiques, et notamment « Voyages », une carte qui permet au château de voir où il est distribué dans le monde et où sont ses concurrents, avec toutes les informations utiles, afin de préparer ses déplacements. Un onglet « Campagne Primeurs », « très important pour nos clients bordelais », note Caroline Meesemacker – même si la campagne n’a pas encore pu avoir lieu cette année -, agrège toutes les données utiles, l’historique, mais aussi une veille presse et réseaux sociaux, et les notes de dégustation de 19 dégustateurs avec qui Wine Services a noué un partenariat.

Boum des ventes en ligne

Pour faire face à la crise actuelle, l’entreprise a dû adapter ses modes de travail, mais aussi les services qu’elle propose. « Nous avons la chance d’avoir une activité qui ne s’est pas arrêtée. Tout le monde est en télétravail. Mais le réseau est fermé sur les sondages dans la restauration, nous avons donc réorienté cette activité vers les cavistes qui sont restés ouverts. Pour le moment, il n’y a pas de chute de chiffre d’affaires, puisque nous sommes disponibles sur abonnement », explique Caroline Meesemaecker. Surtout, Wine Services propose une nouvelle offre, en partenariat avec le bordelais Wine Decider. « Il y a un boom des ventes en ligne au niveau mondial, nous proposons donc un suivi de l’évolution des ventes et des prix sur les principaux sites », explique Clément Marcorelles, qui a présenté ce nouveau service avec Caroline Meesemaecker la semaine passée à 45 clients, lors d’un webinaire. « Un outil pratique et fonctionnel à distance, que l’on gardera post-confinement », assurent-ils. 

Mais la crise va surtout obliger l’entreprise à se montrer agile et réactive, pour suivre la réouverture des restaurants et des caves, et ce « à effectifs constants ». « Dès que les informations seront fiables sur les points de vente rouverts et l’évolution des prix, on les mettra à disposition de nos clients, et on leur indiquera comment travailler avec eux, comment mettre en place des offres commerciales, gérer leurs relations avec les points de vente et les sommeliers », détaille Caroline Meesemaecker. « L’information que l’on fournit sera encore plus fondamentale pour montrer l’impact de la distribution des crus », ajoute Clément Marcorelles. Quoiqu’il en soit, Wine Services, tout comme ses clients, ne ressortira pas indemne de cette crise. « Nous devrons adapter notre activité aux nouveaux besoins réels de nos clients », conclut-il.